Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 




C’est une des rares fois où Gabriel Cattand (1923-1997) prêtera sa voix au Shakespearien Richard Burton. Sa voix métallique et son phrasé distingué sont très proches de Burton et apportent un côté mystérieux au personnage. L’acteur anglais a souvent été doublé par des acteurs à la voix plus « virile » : Jean-Claude Michel (Alexandre Le Grand, Le Jour le plus long, Les Oies sauvages...), Michel Gatineau (Le Chevalier des sables, Quand les aigles attaquent...) ou encore André Falcon (Ma cousine Rachel, La Tunique, Becket, L’Espion qui venait du froid...).

Lee Remick est doublée ici par la regrettée Danielle Volle (1937-2000). Dans les années 70, elle prêtait sa voix à de belles stars étrangères : Angie Dickinson dans la série Sergent Anderson (1977), Sophia Loren dans Le Pont de Cassandra (1977), Raquel Welch... D’ailleurs, cette dernière a tellement été satisfaite du résultat qu’elle lui a écrit pour lui demander de continuer à la doubler. Une belle récompense pour la comédienne française !

Signalons aussi que Danielle Volle a doublé Gina Lolobridgida dans Les Aventures de Pinocchio en 1974, une co-production entre l’ORTF et la RAI. Elle avait comme partenaire, Maurice Chevit, Fabrice Bruno et Jacques Balutin. Ils étaient dirigés par Pierre Cholodenko au studio Marcadet.

C’est vers la fin 2002 / début 2003 que le distributeur du film a décidé de faire effectuer un nouveau doublage afin que le film puisse avoir un vrai son en 5.1, désormais le standard sonore optimal du format DVD. La société Dubbing Brothers a été chargée de ce travail. La direction artistique a été confiée à Yves-Marie Maurin (il a doublé David Hasseloff dans K 2000). Ce comédien a commencé le métier étant enfant, tout comme ses frères Dominique Maurin et Patrick Dewaere.

Le premier challenge qui s’est présenté à Yves-Marie a été de composer le casting de cette nouvelle version française. En effet, pour des raisons purement techniques, d’overlap précisément (chevauchement des répliques de plusieurs personnages), il a fallu engager un comédien pour doubler Lino Ventura. Il a naturellement pensé à Pierre Santini, au physique et à la voix proche de Ventura. Celui-ci a refusé dans un premier temps mais a finalement accepté. Il est évident pour Y.-M. Maurin que s’il avait été possible d’isoler la piste française avec les répliques de Ventura, cela aurait fait - à l’instar du redoublage de Rencontres du troisième type pour lequel on a pu garder les dialogues français de François Truffaut qui incarne un savant français.

Dans le même registre, il a choisi Anne Kerylen pour doubler Marie-Christine Barrault qu’il n’allait pas faire revenir spécialement en studio. Même si sa voix est sans doute restée la même, son cachet aurait pû être conséquent. En effet, les budgets alloués aux doublages pour la vidéo ne sont évidemment pas comparables à ceux des longs métrages. Hélas...

Autre challenge, trouver un comédien pour doubler Richard Burton et ainsi succéder à l’excellent Gabriel Cattand. Le choix s’est porté sur Michel Leroyer qui avait déjà participé au premier doublage puisqu’il prêtait sa voix à Jeremy Brett. Maurin qui le dirigeait nous précise : « Leroyer a été étonnant ! »