Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

LE COUPERET
de Costa-Gavras
Par Mélanie COCHETEUX

SYNOPSIS : Bruno Davert est un cadre très supérieur dans une usine de papier. S’étant fait licencier avec quelques centaines de ses collègues pour cause de délocalisation, il est prêt à tout pour retrouver un poste à son niveau, même à tuer ses concurrents.



POINT DE VUE

“Miss a payday, and you’ll feel that flutter of panic. Miss every payday, and see how that feels.” (The Ax, Donald E. Westlake)

En voyant sur Canal, il y a plus de 10 ans, l’ami José Garcia et son regard de taré faire le con en inoubliable Sandrine Troforte et ses mimiques débiles, aux côtés d’Antoine De Caunes, laissant exploser tout son génie comique surnaturel, de mec prêt à tout pour vous faire pisser de rire... qui aurait pu croire qu’aujourd’hui il serait le héros d’une « social-fiction » - comme le décrit parfaitement le co-scénariste Jean-Claude Grumberg - incarnant un homme chez qui un jour se met en route une logique implacable de meurtres en série pour récupérer son travail, sauver l’équilibre de sa famille, sauver sa vie. Un mec sympa à la base, humain, qui aime son travail, a bossé pendant des années pour en arriver là, est fier du chemin parcouru, et qui un jour se fait licencier suite à des délocalisations de son entreprise. La quarantaine brillante, il pourrait retrouver facilement un boulot, mais le film commence 3 ans après son licenciement, après tant d’années de recherches infructueuses.

Ce que veut Bruno Davert c’est un boulot, pas de vengeance des gros patrons qui l’ont viré ou des actionnaires, non. La logique selon lui c’est d’éliminer ses rivaux, ceux qui postulent pour les mêmes postes et paraissent « sinon meilleurs, mais aussi bons » que lui. La mise en scène, épurée et fluide, est centrée sur un personnage littéralement dévoré par la mission qu’il s’est donnée de retrouver par tous les moyens un emploi. Garcia, serial killer maladroit et qui ne prend aucun plaisir à tuer, bénéficie également d’une veine monstrueuse. Si le premier meurtre se déroule rapidement et sans mauvaise surprise, la suite s’avère moins simple...