Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

HAIR HIGH
de Bill Plympton
Par Guillaume SERRES

SYNOPSIS : Dans les années 1950, un barman raconte à un jeune couple la légende de Cherri et Spud, deux adolescents assassinés le jour du bal de fin d’année et laissés pour morts au fond d’un lac. Un an après, jour pour jour, leurs squelettes reviennent à la vie et se rendent au bal pour se venger de leurs assassins...



NOT ANOTHER TOON MOVIE

Attention ! L’action du dernier dessin animé de Bill Plympton a beau se situer dans un lycée américain des 50’s et ses environs, Hair High ne s’adresse pas pour autant aux âmes jeunes et sensibles. Comme s’il semblait allergique à la classification américaine “G” (tous publics), Plympton s’amuse à maltraiter ses personnages et distille du classement “R” (interdit aux moins de 17 ans non accompagnés) dans son (car)toon movie.

Bill Plympton ne joue pas du saxophone comme son faux homonyme, l’amateur de cigares des bureaux ovales, mais il sait composer des partitions d’un autre ordre. Son instrument est un crayon qui dessine un univers visuel aux traits torturés, fait d’humour, de sexe et de violence. Une musique en 2 D illustrée, dans le cas présent, par une bande son rockabilly collant parfaitement au rythme frénétique du film. Music’s on (h)air !

HAIR STRIKE

Parmi les codes et figures imposées de la société WASP décrite, fondée sur le culte de l’apparence, l’abondance de la tignasse est essentielle. Les élèves du “lycée du cheveu” proposent un festival de coiffures toutes plus abracadabrantes les unes que les autres. Plympton et ses dessinateurs s’en donnent à cœur joie pour confectionner d’impressionnants chignons et bananes. La chevelure devient le “casque” permanent de ces jeunes, pour qui avoir un look et une réputation “sécurisés” prévaut sur la prudence routière. Elle est l’expression de ce qui est dans le vent mais aussi d’une recherche de liberté. En effet, elle abrite les visages patibulaires et les jolis minois de teenagers à l’existence routinière et balisée.