Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

DOUBLAGE DU FILM
HOLD UP (EL PALO)
POUR ARTE

Par Nathalie PLANSON
et Thierry ATTARD

Assister à un doublage chez Dub’Club n’est jamais un acte banal. Lorsque l’on se rend à Ronquerolles, dans le Val d’Oise, chez Marianne Dubos, gérante et directrice artistique de la société, on sait par avance que l’on va avoir le privilège d’apprécier une manière de travailler qui a illuminé les grandes heures du doublage tant en France qu’au Québec et qui aujourd’hui encore n’inspire que respect et compliments.



DOUBLER LE MONDE AVEC STYLE

Marianne Dubos a travaillé à divers titres sur les versions françaises de plusieurs séries prestigieuses doublées par la société de Jean-Paul Blondeau dans les années soixantes : Aventures dans les îles, Les Incorruptibles, L’Homme à la Rolls, Bonanza, Chapeau melon et bottes de cuir (dont elle a trouvé le titre français) ou Mission Impossible. Au Québec, elle a réalisé pour Sonolab la version française de La Patrouille du cosmos (Star Trek) ou encore celles de Bonanza (la vfq cette fois), Auto-Patrouille, Le Grand Chaparral, Mini-Fée... Toujours au Québec, pour VDO, société créée avec Régis Dubos - musicien, comédien et voix de monsieur Spock dans Star Trek, elle a dirigé la version française de l’hilarante série Lancelot Link, Agent secret.

Toujours très active depuis son retour en France, Marianne Dubos a créé la société Dub’Club Post production en 1991 et continue à oeuvrer pour une qualité qui est sans conteste sa marque de fabrique : Charlemagne avec Christian Brendel, la série Juanito Jones, La Dynastie des Carey Lewis - co-adapté par Jean Fontaine et Xavier Varaillon ou Les trois petites soeurs, comptent parmi les innombrables réussites de Dub’Club.

La chaîne franco-allemande Arte fait souvent appel à Marianne Dubos, sa fille Mélody Dubos (comédienne et directrice de plateau) et Xavier Varaillon (adaptateur). Ce fut le cas pour la vf du film L’Innocent - avec Jean-Pierre Moulin sur Anthony Hopkins et Patrick Mancini, ou celle de La Fille au vautour, un pittoresque « Heimatsfilm ».