Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

LA TELEVISION
DU BON DIEU...

Par Matt DRAY

Depuis ce dimanche du 3 avril 2005, on peut se poser une malheureuse question : TF1, première chaîne de télévision française par son audience, rarement par la qualité de ses émissions, est-elle une chaîne laïque ?



Alors que le Pape vient de « retourner, selon l’expression de l’officiel religieux chargé d’annoncer son décès devant la basilique Saint-Pierre de Rome, à la maison du Père », la première chaîne nationale nous a encore gratifié d’un de ses tours fameux, ajoutant à sa néfaste réputation un nouveau sacrilège ; en effet, elle a cru bon de supprimer de son programme le second film de la deuxième partie de soirée, Seven.

Nous ne sommes pas sans savoir que ce film de fiction joué par Brad Pitt et Morgan Freeman, approche un sujet aux résonances scénaristiques légèrement religieuses. Pour preuve, voici le résumé tel que présenté par le site Internet de la chaîne : « A New York, un criminel anonyme a décidé de commettre sept meurtres basés sur les sept péchés capitaux énoncés dans la Bible : gourmandise, avarice, paresse, orgueil, luxure, envie et colère. Vieux policier blasé à sept jours de la retraite, l’inspecteur Somerset mène l’enquête tout en formant son remplaçant, l’ambitieux inspecteur David Mills... »

Visiblement, on est forcé de croire que la peine de « mort » audiovisuelle appliquée à ce film, sans qu’au préalable, il n’ait pu profiter d’un procès équitable, est due au décès tout récent du maître du Vatican. Ainsi, existe-t-il aujourd’hui une télévision du Bon Dieu, qui s’allume dès que l’on presse le bouton « ON » de sa télévision ?

Réfléchissons alors une seconde. Où se trouve la réalité, où commence-t-elle ? Qu’est-ce que la fiction ? Une « grande » chaîne de télévision française peut-elle simplement se permettre de remplacer un film par un autre, parce que son sujet fait référence à certains épisodes de la Bible, que le personnage du serial killer joue à transformer en crime les 7 péchés capitaux, et que, hasard du calendrier, sa programmation correspond au trépas du chef de l’Eglise catholique ? Non, sûrement pas.