Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

L’INTRUS
de Claire Denis
Par Cécile GIRAUD

SYNOPSIS - L’intrus : Le voyage de Louis Trebor dessine une boucle, la trace de la rotondité de la terre telle que je l’imagine. Du Jura français le long de la frontière suisse, de Genève à Pusan en Corée du Sud, jusqu’à l’Océanie. Louis Trebor vit en planque. Il se sent épié. Son corps est solide, jouisseur, mais le coeur va lâcher. Il mise tout sur la nouvelle vie avec le nouveau coeur - une vie plus belle, plus libre, sans accrocs, sans remords et sans rêves. En route vers le Sud, il va échapper à la menace qui le hante, échapper à une dette dont il ne veut pas s’acquitter - lui qui veut tout acheter.



L’HOMME SAUVAGE

En 2002 Claire Denis tourne Vendredi Soir, avec Vincent Lindon et Valérie Lemercier, deux acteurs animaux, dont on sent la peau et le souffle, qui vivent des sensations fantasmées, qui marchent à l’instinct. En 2001 Béatrice Dalle et Vincent Gallo revêtaient les aspects d’une bête dans Trouble Every Day, la peau se fait chair, l’odeur est remplacée par le goût, celui du sang, le fantasme prend définitivement corps, se matérialise dans sa plus extrême horreur. La femme est attachée mais parvient à attirer l’homme qui perçoit ce qu’on ne peut sentir.

Parallèlement, Philippe Grandrieux tourne Sombre en 1998, une histoire de loup, une histoire de fantasme refoulé qui ne peut rester étouffé et qui explose dans un trop-plein de chair. Et en 2002, La Vie Nouvelle finit par nous convaincre que l’équilibre pulsion/réflexion est bien trop précaire pour être tenu lorsque l’homme est laissé seul à lui-même, face à une femme que l’on peut soumette sans jamais la posséder.

Le cinéma français, un certain cinéma en tous cas, quitte le domaine de la pure métaphysique, les intrigues psychologiques et sentimentales, pour se laisser aller à celui du corps, de ses pulsions, des contradictions qu’il entretient avec l’esprit, au domaine du naturel qui est en perpétuelle lutte avec le culturel. L’Intrus, dès son titre, pose le problème des relations des hommes entre eux, puisque nous sommes tous étrangers les uns aux autres. Alors l’intrus c’est tour à tour l’homme qui revient dans un pays où il n’est pas le bienvenu, c’est la femme qui aimerait avoir une place dans la vie de l’homme, c’est l’enfant qu’on a pas voulu ou qui vous empêche d’avoir une vie basée sur la pulsion, c’est aussi le sexe de l’homme qui pénètre la femme, le cœur d’un autre qu’on porte dans sa poitrine, simplement l’étranger, celui qui vient d’ailleurs, et puis aussi celui que l’on pense être le plus proche de nous, par le sang et la culture : le père.