Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

FRANCOIS MAIRET
Comédien, directeur artistique
Entretien réalisé en 2005
Par Thierry ATTARD

François Mairet est un comédien et récitant dont le travail est très apprécié en Belgique. Son expérience de la scène et sa capacité à réunir chaque fois qu’il le peut des disciplines dans lesquelles il excelle individuellement, en font un de ces comédiens polyvalents qui font la richesse du doublage belge. Les téléspectateurs de la série allemande Alerte Cobra peuvent l’entendre régulièrement sur le personnage au combien sympathique de Henri.



La Gazette du doublage : François Mairet, votre formation artistique est impressionnante : Conservatoire Royal de Bruxelles, un 1er Prix et un Diplôme Supérieur de Déclamation ainsi qu’un un 1er Prix et un Diplôme Supérieur d’Art dramatique. Devenir comédien était-il pour vous une vocation ?

François Mairet : J’ai la chance d’appartenir à une génération qui pouvait réaliser ses rêves. Et de pouvoir espérer en vivre. Dès la pré-adolescence, je n’imaginais pas faire autre chose. Seul, le développement qu’allait prendre l’avenir m’était un point d’interrogation.

La Gazette du doublage : Quelle est la chose la plus importante que vous ayez retiré de ces années de formation et dont vous servez encore aujourd’hui ? Quels sont les enseignants qui vous ont le plus marqué ?

François Mairet : Dans la formation artistique, je crois d’avantage au « passage de témoin » du Maître au disciple. La tournure que prend en Belgique l’enseignement artistique me pose question : on « bourre » davantage le crâne qu’on ne lui transmet un « savoir être » et un « savoir faire ». Transmission plus que Savoir, voilà ce que m’ont donné Georges Genicot, réalisateur radio et comédien, ainsi que Claude Etienne, fondateur du Théâtre du Rideau de Bruxelles, mes Maîtres.

La Gazette du doublage : Quels furent vos premiers engagements ?

François Mairet : Premier engagement professionnel : au Théâtre de Poche en février... en 1968 ! Une date qui signifie quelque chose pour ceux de ma génération ! Parallèlement avec le Conservatoire.