Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     






 

 

 

 

DIMITRI STOROGE
Dostoïevskien
Par Bernard PAYEN
Photos Dura Lex de
Florence DUGOWSON

PORTRAIT D’UN ACTEUR QUI MONTE.



Où l’on reparle de Dimitri Storoge, deux ans après avoir incarné Loulou, jeune chien fou de Ni pour ni contre (bien au contraire), le film de Cédric Klapisch.

Aujourd’hui, au coeur du festival d’Avignon off 2005, il est Angel, l’un des deux personnages principaux de Dura Lex, une pièce de Stephen Adly Guirgis adaptée et mise en scène par Marianne Groves. Angel est une autre figure émouvante de l’adolescence, aussi impulsive et rageuse que Loulou, découvrant aussi brutalement le prix du passage à l’âge adulte. Pour ce rôle physique qui en même temps bouleverse l’intimité d’une âme nourrie de doutes, Dimitri Storoge fait dans la finesse, trouvant le geste juste ou la bonne intonation, aussi à l’aise dans l’emballement d’une parole souveraine que dans le mutisme désarmé.

Apanage des grands acteurs bosseurs, Dimitri a cette capacité d’aller à l’essentiel, d’éliminer les fioritures avant qu’elles n’arrivent, pour mieux faire exister durablement dans la tête du spectateur le personnage qu’il incarne. C’est un acteur rare, d’une puissance de feu singulière, presque déconcertante tant elle peut paraître indécelable à première vue. Il s’empare d’un plateau de théâtre ou de cinéma comme un sportif ou un musicien rock, dans ce grand écart mystérieux qui réunit l’humilité et l’assurance. On appelle ça communément une présence physique pour un rôle habité.

C’est probablement l’un des jeunes acteurs français qui a le mieux perçu la nécessité d’associer en permanence la douceur et la violence, la tendresse et l’énergie. La Storoge’s touch se caractérise aussi par un art de la nuance irriguant ses trois outils majeurs, l’intensité du regard, la maîtrise du corps, la modulation de la voix. Le résultat bouleverse autant dans les courts-métrages où il a le premier rôle (« muet » narrant le récit du Droit chemin, court-métrage à succès de Matthias Gokalp ou fiston introverti dans le très beau 20 novembre de Matt Dray, etc) que dans certaines séries télévisées où il a pu faire des apparitions remarquées (fils rebelle et doux dans La farine du diable, épisode de Blandine l’insoumise, jeune homme se recréant une famille dans Eaux troubles, épidode du Grand patron, etc).