Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

SAM LLOYD
Comédien, acteur

Entretien réalisé en mai 2005
par Thierry ATTARD
Remerciements spéciaux
à Heidi ROTBART


Sam Lloyd est probablement la plus importante révélation dans le genre comique aux Etats-Unis depuis l’âge d’or du club Comedy Store et les premières saisons de l’émission Saturday Night Live. Son humour, empreint d’un mélange de poésie et de causticité, et sa voix fabuleuse font merveille dans la série Scrubs, où il est Ted Buckland l’avocat chanteur. Sam Lloyd vient aussi de rejoindre la série Desperate Housewives.



Objectif Cinéma : Votre mère, votre père et votre oncle étant des acteurs respectés, jouer la comédie était-il un choix naturel de vie ou avez-vous jamais considéré la possibilité d’une autre carrière ?

Sam Lloyd : C’était un choix naturel. Je suis né dans un environnement théâtral. Je ne me souviens pas du moment précis ou j’ai fait ce choix, j’ai toujours su que c’est ce que je ferais. Si j’avais songé un jour à une autre carrière, cela aurait été dans la musique.

Objectif Cinéma : Quelle était votre matière principale à l’université de Syracuse ?

Sam Lloyd : Musique et théâtre.


Objectif Cinéma : D’après vous quel est la chose la plus importante que vous ayez apprise à l’université de Syracuse et que vous utilisez toujours aujourd’hui dans votre vie professionnelle ou personnelle ?

Sam Lloyd : Me servir de mon imagination.


Objectif Cinéma : Quel fut votre première expérience de comédien ?

Sam Lloyd : Ma mère avait créé et dirigeait un groupe de théâtre pour enfants appelé « Les Trolls de la Montagne Verte ». Mon premier rôle était celui d’un bébé rat dans Le joueur de flute de Hamelin, lorsque j’avais trois ans. Je venais juste d’arrêter de porter des couches, mais comme j’étais le « bébé » rat je devais porter des couches en tant qu’élément de mon costume.

J’étais très contrarié que ma mère m’oblige à porter ces couches. Après tout, j’étais un grand garçon qui n’avait plus besoin de porter des couches. Je ne lui ai toujours pas pardonné cette humiliation (et je ne plaisante qu’en partie seulement).