Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

LA NUIT DE LA VERITE
de Fanta Régina Nacro
Par Julie PETIGNAT

SYNOPSIS : En Afrique, dans un pays imaginaire, deux ethnies s’apprêtent à celer la paix après dix ans de guerre civile. Mais la femme du Président refuse la réconciliation au nom de son fils, tué dans des conditions atroces.



LA NUIT SACREE

La Nuit de la Vérité déroule lentement les fils de la tragédie. La réunion entre les deux ethnies rivales est montrée étape par étape, de l’accueil officiel au moment où chacun pose les armes. La lenteur de l’action donne à chaque instant de la nuit un aspect essentiel. Tous les gestes acquièrent ainsi une pesanteur particulière, alors qu’une sourde tension est perceptible, tant dans les discours que dans le partage de la nourriture. Les mots et les attitudes de joie apparente sont lourds de sous-entendus, et l’on comprend que le moindre grain de sable, même le plus absurde, peut faire basculer la situation. Mais ce n’est pas vraiment une chose anodine qui vient perturber la réconciliation. Il s’agit au contraire de l’héritage essentiel de dix ans de guerre, le sentiment de perte et le désir de vengeance.

Pour son premier film, Fanta Régina Nacro traite de la fragilité de la paix. Ainsi, il ne suffit pas pour l’obtenir de déposer les armes. La réalisatrice montre qu’il faut aussi laisser les morts derrière soi. Il faudrait qu’Edna, la femme du Président, dépasse sa douleur de mère et sa passion de la vengeance. Qu’elle pardonne enfin sans conditions. Si les combats sont terminés, la guerre ne l’est pas tant que chacun n’aura pas accepté et dominé sa douleur.

La réalisatrice revendique son film comme un « drame shakespearien ». Le pays imaginaire et les personnages appartiennent à une histoire universelle qui pourrait se passer ou non en Afrique. Pourtant, à force de donner aux éléments une portée symbolique, on s’éloigne des personnages, ceux-ci perdant un peu de leur humanité pour devenir des figures. La tragédie en devient abstraite. L’on est face au drame d’une mère, à son désir de vengeance, et malgré tout on reste en retrait. Un recul un peu décevant face à l’ampleur du problème soulevé.