Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

FESTIVAL D’ANNECY
Compte Rendu
Par Florence POMMERY
Merci à Céline BRIET et
Gislaine ZANOS de la
Bibliothéque Pompidou


UN PALMARES DOMINE PAR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES

Pour l’édition 2005, au palmarès du 29e Festival international du film d’animation d’Annecy, le cru des films primés aura été largement dominé par les nouvelles technologies avec plus de la moitié des films réalisés en 3D parfois avec brio mais qui peut amener à des questionnements sur l’évolution de l’animation mondiale. En effet, espérons que cette cuvée 2005 ne prédit pas à long terme une extinction progressive des productions en 2D au profit de la 3D. Heureusement, ce n’est pas encore le cas comme le montre le meilleur des courts métrages primés qui établissent une fusion entre les techniques traditionnelles et les nouvelles technologies et qui réinventent le langage cinématographique d’un genre sans cesse en quête d’identité.

Cette année, c’est le Canada qui a eu droit aux honneurs de cette édition avec 12 programmes en collaboration avec l’ONF et le Festival d’Ottawa. De 1949 à 2004, on retrouve à la fois les classiques des maîtres de l’animation mondiale comme Norman Mc Laren, Peter Foldes, Jacques Drouin ou Bretislav Pojar, Caroline Leaf. Puis, les cinéastes déjà reconnus et primés à Annecy comme Paul Driessen, Michèle Cournoyer, Wendy Tilby et on termine par les productions les plus récentes de l’ONF actuelle avec notamment Ryan de Chris Landreth primé l’an dernier.

Une exposition et un programme spécial ont été consacrés au cinéaste Co Hoedeman, spécialiste des films pour les plus jeunes. Deux documentaires ont été présentés l’un sur Norman Mc Laren, figure historique de l’animation et l’autre sur la réalisation du film Ryan agrémenté des courts métrages réalisés par Landreth depuis 1961. Egalement au programme de cet hommage canadien, l’indispensable œuvre de Frédéric Back avec la présentation de trois de ses œuvres dont le magnifique L’Homme qui plantait des arbres.

Une belle rétrospective qui fait la part belle à l’animation d’auteur avec une diversité de techniques très riche ainsi que de nombreuses expérimentations plastiques grâce à une structure comme l’ONF qui reflète une sensibilité différente d’un pays comme la Corée, pays à l’honneur en 2004.