Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

HISTOIRE DU CINEMA

UN AMERICAIN A PARIS

de Vincente Minnelli
Par Nicolas VILLODRE

Jerry Mulligan (= Gene Kelly), un ex-G.I. qui pratique la peinture dans sa mansarde parisienne, fait la connaissance d’un chanteur (Georges Guétary) qui deviendra son rival, ce dernier étant fiancé à la jolie Lise (= Leslie Caron) à laquelle Jerry n’est pas insensible. Le peintre fauché hésitera entre la vie rangée et aisée que lui promet une riche héritière et l’idéal romantique d’une vie de bohême, qu’il pourrait poursuivre à sa guise avec Lise...



Le pitch de départ (« C’est un Américain et il vit à Paris », aurait dit le producteur), fut développé et romancé par Vincente Minnelli et par le librettiste Alan Jay Lerner (auteur aussi du script de My Fair Lady) qui furent chargés d’adapter le poème symphonique éponyme de George Gershwin ainsi que quelques chansons jazzy co-écrites avec son frère Ira (d’après la légende, Arthur Freed et Ira Gershwin auraient conclu la cession des droits musicaux à la piscine). Les mains expertes de Minnelli produisent une comédie légère, raffinée, parfaite dans son genre, en même temps qu’une carte postale un peu kitsch sur les bords d’un Montmartre rêvé et stéréotypé (reconstitué en carton-pâte à Culver City d’après la documentation photographique envoyée de Paris par les espions de la MGM) annonçant celui, faussement ingénu, de l’image d’Epinal rétro-franchouillarde Amélie Poulain. Réalisateur de comédies musicales parmi les plus éblouissantes - au Technicolor flamboyant - produites par la Freed Unit, Minnelli rend hommage aux peintres français de son affection qui sont (mis à part Raoul Dufy) de géniaux visionnaires - Utrillo, le douanier Rousseau, Van Gogh, Manet, Toulouse-Lautrec - mais dont les tableaux, curieusement, datent de la fin du 19e siècle, alors que l’action du film est censée se situer dans l’immédiat après-guerre. Avant que l’institution muséale n’apporte sa légitimité au cinématographe (cf. la récente exposition du Musée des Beaux-arts de Lyon sur le cinéma et l’Impressionnisme), c’est l’œuvre d’un peintre-cinéaste qui tire sa révérence à la peinture...