Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

IDEES #6
Idées éparses sur quelques films
Par Johannes HONIGMANN


La Clepsydre. Bien vu par Yves Gaillard : le professeur Stanislas, héros de la série BD « Timoléon », possède jusqu’aux plus petites rides près le visage du père du héros. Dans le troisième volume (« Joseph le Borgne ») de cette même série se trouve par ailleurs une scène tout droit tirée des Onze Fioretti de François d’Assise : les barbares jouant à se lancer un ballon humain.

Pavane pour un homme fatigué : le personnage titre est l’antihéros le plus pathétique de toute l’Histoire du Cinéma. La série d’humiliations qu’il subit tout au long du film ( agrémentée de flashes back montrant ses échecs antérieurs ) relèverait du domaine de l’accumulation sadique pure et simple, si le réalisateur ne se donnait pas la peine de s’essayer à une empathie forcément limitée. Il est néanmoins permis de se demander si Masaki Kobayashi, naturellement enclin au pathos (pour le meilleur - Harakiri - et le pire - La Condition de l’Homme), ne s’est pas lancé dans ce projet avec la seule volonté d’en remontrer aux « néo-naturéalistes » en termes de misérabilisme psychologique. Auquel cas il aurait réussi au-delà de toute espérance : bien que nous ne sachions pas pourquoi, ni d’ailleurs ce qu’il veut nous signifier, nous admettons que le réalisateur éprouve une sorte de sincère bienveillance vis-à-vis de son personnage.

Jean Dasté est finalement bien plus naturel en gardien de chantier aviné dans Le Corps de mon ennemi que dans tous ses rôles de doux rêveur poète ou de sévère savant chez Vigo (L’Atalante, Zéro de Conduite) et Truffaut (L’Enfant Sauvage, La Chambre verte).

Aucune prouesse de James Bond n’est moins crédible que celle de faire l’amour à une infirmière cinq secondes après avoir été torturé par un extenseur mécanique au point de s’évanouir. (Opération Tonnerre).

Themroc : Jacques Tati, période contestation sociale.