Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

BROKEN FLOWERS
de Jim Jarmusch
Par Stéphanie SENET

SYNOPSIS : Célibataire endurci, Don Johnston (Bill Murray) vient d’être quitté par sa dernière conquête, Sherry (Julie Delpy). Il se résigne une fois de plus à vivre seul. Mais l’arrivée d’une mystérieuse lettre anonyme le contraint à revenir sur son passé. Une de ses anciennes amantes l’informe qu’il a un fils de dix-neuf ans, et que celui-ci est peut-être parti à sa recherche.

Le meilleur ami de Don, Winston (Jeffrey Wright), père de famille et détective amateur, le pousse à enquêter sur ce « mystère ». Malgré son peu de goût pour les voyages, Don s’embarque dans un périple à la recherche d’indices, retrouvant quatre de ses anciennes amours (Sharon Stone, Frances Conroy, Jessica Lange et Tilda Swinton). Ses visites surprises à ces femmes uniques le confrontent à son passé et, du même coup, à son présent.



QUELLE PLACE POUR L’AMOUR DANS UN MONDE DESENCHANTE ?

Le dernier film de Jim Jarmusch, Broken flowers, s’ouvre sur le trajet d’une lettre de couleur rose entre deux boîtes, filmée très mécaniquement. L’envoi d’un signe donc comme prologue à l’histoire de Don Johnston (avec un « t »), quinquangénaire amorphe, vautré sur son canapé. Lorsque la nouvelle arrive, il se fait larguer par sa petite amie, qu’il n’arrive pas à retenir, prisonnier de son mutisme total. Dans un dernier regard vers elle, qui glisse, il la laisse s’échapper et s’en retourne à son canapé.

Cet état de torpeur est parfaitement joué par Bill Murray, qui après Lost in translation de Sofia Coppola, est décidément perçu par toute une génération de cinéastes comme un bastion d’humanité, pour l’heure quelque peu résigné. Il faudra toute la complicité bienveillante de Winston, son voisin curieux de tout, passionné de romans policiers, pour qu’il se décide, enfin, à lire le message. Une fois qu’il apprend l’existence de son fils, s’engage une petite bataille merveilleusement drôle entre lui et son ami qui le somme de partir sur les traces de cette filiation. Une idée que Don s’évertue à refuser. Wiston devra user de tous les éléments de la mise en scène pour le pousser, une bonne fois pour toute, dans l’aventure : la location d’une voiture, l’idée d’apporter un bouquet de roses à ses anciennes conquêtes, sans oublier la copie d’un CD de musique éthiopienne « bon pour le voyage » (Mulatu Astatke). Et voilà le quinquagénaire qui croyait être revenu de tout, reprendre la route malgré lui.