Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

GENTLEMEN
PREFER BLONDES

d’Howard Hawks
Par Nicolas VILLODRE

SYNOPSIS : Deux danseuses légères, une blonde glamour (Marilyn Monroe) et une brune sexy (Jane Russell), intéressées l’une par le porte-feuille, l’autre par le corps des beaux hommes, s’embarquent sur un transatlantique voguant pour la France...



Une première adaptation de la pièce de théâtre Gentlemen Prefer Blondes fut portée à l’écran dès 1928 par Malcolm St. Clair, du temps du cinéma muet. En 1949, le sujet devint une comédie musicale à Broadway, avec Carol Channing dans le rôle de Lorelei. Et, il y a peu, l’œuvre a eu de nouveau une certaine actualité théâtrale puisque l’actrice néo-zélandaise Lucy Lawless, rendue célèbre dans le monde entier par le rôle-titre de la série télévisée culte Xéna, a repris le rôle de Dorothy sur une scène de Seattle. Le thème de départ de la comédie est le suivant : deux danseuses de cabaret originaires de Little Rock, Lorelei et Dorothy, une blonde glamour, croqueuse de diamants (Marilyn Monroe), et une brune sexy, censée la chaperonner en l’absence de son fiancé (Jane Russell), mais plus intéressée par le corps des beaux gymnastes, s’embarquent sur un transatlantique voguant pour la France en quête d’idéal...

Le film était initialement prévu pour mettre en valeur la pin-up des années 40, Betty Grable, vedette sous contrat à la Fox. Mais, au vu du succès de Niagara (1953) d’Henry Hathaway, Darryl F. Zanuck préféra donner le rôle de la blonde pulpeuse et écervelée à la star montante Marilyn Monroe qui, en outre, présentait l’avantage de coûter dix fois moins que Grable. Le film est émaillé de dialogues vraiment drôles, d’allusions sexuelles à peine voilées et de propos cyniques sur l’argent. Sans oublier les numéros de variétés chantés et dansés aux accents et orchestrations jazzy, chorégraphiés par le spécialiste du genre, Jack Cole : « Anyone Here for Love ? », « You’re In Love », « When Love Goes Wrong », « Bye Bye Baby ». Le clou du spectacle, avec une Marilyn rarement aussi bien photographiée par le merveilleux procédé du technicolor qui semble avoir été créé spécialement pour elle, nous la présente dansant et chantant « Diamonds Are a Girl’s Best Friend », vêtue d’une robe moulante d’un rose audacieux, très seyante sur fonds rouges et mauves, au milieu d’un ensemble de boys en queue de pie.