Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

SUR LES AILES
DE LA DANSE
SWING TIME

de George Stevens
Par François JUSTAMAND

SYNOPSIS : John « Lucky » Garnett (Fred Astaire), danseur professionnel, s’apprête à épouser une riche héritière. Mais ses amis et partenaires sur scène ont conscience que ce mariage risque de mettre fin à la carrière de Lucky et finissent par le faire échouer. Le père de la marié, furieux, ne veut plus que le fiancé remette les pieds chez eux tant qu’il n’aura pas fait fortune. Lucky prend alors le train pour New York. Il va y rencontrer Penny (Ginger Rogers), une charmante professeur de danse, et se faire passer pour un débutant afin que celle-ci lui enseigne quelques pas...



Sur les ailes de la danse marque la sixième rencontre cinématographique entre Fred Astaire et Ginger Rogers et leur première collaboration avec le réalisateur George Stevens. Les débuts du célèbre couple dansant remonte à 1933 pour le film Carioca qui sera suivi de La Joyeuse Divorcée (1934), Roberta (1935), Le Danseur du dessus (1935) et En suivant la flotte (1936).

Swing Time est le quatrième film de George Stevens (1904 - 1975). Sous contrat à la RKO, il signe sa première réalisation en 1935 avec le « classique » Alice Adams. Par la suite, il a dirigé de nombreuses stars hollywoodiennes de la grande époque : Cary Grant dans Gunga Din (1939), La Chanson du passé (1941) et La Justice des hommes (1942), Elizabeth Taylor dans Une place au soleil et Géant (1956), Alan Ladd dans L’Homme des vallées perdues (1953)...

Quant au couple Astaire/Rogers, Stevens les a retrouvés, une deuxième et dernière fois, en 1937 dans Une demoiselle en détresse. Il a travaillé encore avec la belle Ginger - sans Astaire cette fois - dans Mariage incognito (1938) dans lequel la blonde actrice avait pour partenaire James Stewart.

Côté musique, signalons que Sous les ailes de la danse comporte d’inoubliables « standards » composés par Jerome Kern : Pick Yourself Up, The Way You Look Tonight qui remporta l’Oscar de la meilleur chanson de 1936, A Fine Romance...