Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

RIZE
de David LaChapelle
Par Nicolas VILLODRE

SYNOPSIS : Rize suit cette fascinante évolution à travers l’histoire de Tommy le Clown, un éducateur de South Central à Los Angeles, qui a inventé cette danse en réponse aux émeutes raciales consécutives à l’affaire Rodney King.



POINT DE VUE

Comme le chantait Félix Mayol dans l’ancêtre du clip (la phonoscène Gaumont d’Alice Guy), « C’est la danse nouvelle, Mademoiselle... », on l’appelle le Clowning. Il s’agit d’une variante du Hip hop, en accéléré et en beaucoup plus agressif, frénétique, électrique, si tant est que ce soit possible. Les origines « Côte Ouest » du phénomène lui confèrent un aspect New Age, kitsch en même temps que musclor. Se travestir en clowns comme le personnage nuisible du Joker de Batman, comme la sinistre effigie de MacDo, comme des Benny B ahuris en pyjama, comme James Stewart dans The Greatest Show on Earth (1952) de Cecil B. DeMille, ou encore comme les précurseurs du Smurf, The Nicholas Brothers eux-mêmes, dans leur fameuse danse au sol avec Gene Kelly sur l’hymne à la gloire du Show Business « Be a Clown » composé par Cole Porter, qui se trouve dans The Pirate (1948) de Minnelli, n’est pas toujours chose aisée, chic, du meilleur goût. C’est par moments aussi déprimant que de s’appuyer les musiques fanfaronnes, fanfaresques, (g)rotesques (voire les images felliniennes qui vont avec), diffusées en boucle depuis près de cinquante ans - depuis La Strada (1954) - , à chaque fois que quelqu’un de bien intentionné et qui se croit malin cherche à illustrer à la radio, à la télé ou au cinéma les notions d’enfance, de poésie ou, pire, de fête. Mais le Clowning est également, dans le cas précis, une échappatoire à l’oisiveté, aux problèmes de drogue, de délinquance et de criminalité pour les bandes de jeunes blacks ou latinos des quartiers chauds de Los Angeles (South Central et Watts), pouvant positiver grâce à ce nouveau courant artistique dans lequel certains d’entre eux s’investissent totalement, corps et âme.