Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

PALAIS ROYAL !
de Valérie Lemercier
Par Marc LEGRAND

SYNOPSIS : Une orthophoniste toute simple, mais mariée au fils cadet du roi, devient reine malgré elle à la mort du monarque... Et ça ne rigole pas tous les jours sous les couronnes... Ou alors si.



POINT DE VUE

Enfin ! On attendait Palais Royal ! depuis un moment. Le sujet, le casting, l’humour et la dérision de Valérie Lemercier en faisaient un des films à la française les plus attendus de cet automne. Et l’on n’est pas déçus...

Au départ, Valérie Lemercier envisageait une comédie sur les coulisses de la politique, dont le personnage aurait été la tendre épouse du maire d’une grande ville, clone d’une Bernadette C. ou d’une Cécilia S. Pas encore de sang bleu à l’horizon. Puis le déclic est venu d’une photographie découpée dans un magazine people. Celle du prince héritier Wilhem-Alexander des Pays-Bas, s’adonnant avec force sourire à une descente de corde lisse ! Certes il avait tombé la veste pour plus de confort : néanmoins le ridicule de ce jeune homme en chemise blanche, cravate et harnais, suspendu comme Tarzan au milieu des arbres et de ses sujets, n’a pas échappé à Mademoiselle Valérie qui a alors imaginé le décor de son Palais Royal !.

Et le film est dans la veine comique de cette photo déclencheur. Inspiré à la louche par les nombreuses familles royales européennes (pas moins de dix !), il nous propose un royaume à la fois imaginaire et réaliste. Un soupçon de Lady Di, quelques doses d’Elisabeth II, une larme de Monaco... nous voici au pays de la princesse Armelle. Inspiré d’anecdotes réelles chinées dans les pages de la presse spécialisée (la foire au pain d’épice, l’inauguration de plaque, la visite d’hospice...), Palais Royal ! nous raconte comment Armelle, orthophoniste mariée au fils cadet de la reine, va du jour au lendemain voir peser sur ses épaules le titre de princesse héritière, ce pour quoi elle n’était pas vraiment préparée. Trop gentille, trop maladroite, sans autre ambition que celle d’une vie discrète et normale, Armelle est victime des médias et d’une tarte à la crème. Cette tarte à la crème, justement, la métamorphose. Armelle comprend qu’elle a des cartes à jouer. Ainsi dès lors qu’elle va se montrer calculatrice et rentabiliser sa gentillesse, elle va bientôt être aimée de tous et devenir la reine de cœur.