Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

GUILLERMO ARRIAGA
Scénariste
de Trois enterrements
et 21 grammes
Entretien réalisé le
15 novembre 2005, à Paris,
Par Aurélien G.
Remerciements à
Cédric LANDEMAINE

En décernant à Guillermo Arriaga le Prix du Scénario pour Trois enterrements, film bouleversant réalisé par Tommy Lee Jones, le jury du Festival de Cannes 2005 a rendu hommage à l’auteur d’Amours chiennes et de 21 grammes.

Sincère, passionné, fascinant, cet auteur, qui milite pour la juste reconnaissance du travail de scénariste, est un conteur d’histoire aussi brillant qu’original. Pour Objectif Cinéma, il dévoile une partie de ses secrets...



Objectif Cinéma : Parmi tous les films dont vous avez écrit les scénarii, Trois enterrements est-il celui dont vous vous sentez le plus proche ?

Guillermo Arriaga : Il s’agit effectivement de mon film le plus personnel, et de celui pour lequel j’ai pris le plus de plaisir à écrire l’histoire. Car le désert dans lequel l’action se déroule est un lieu qui me fascine et que j’adore. La frontière, l’amitié, la chasse sont des thèmes qui me sont chers. J’adore les personnages qui composent l’histoire, l’homme aveugle par exemple. Cette expérience a été passionnante.

Objectif Cinéma : Dans Trois enterrements, comme dans toutes vos histoires, le thème de la mort est omniprésent. Est-ce à dire que vous croyez en une vie après la mort ?

Guillermo Arriaga : Non. Je suis athée. Je m’intéresse à la vie présente car je ne pense pas qu’il en existe une autre. Si nous n’avons qu’une seule vie, il faut en prendre soin... C’est pourquoi je me sens concerné par la mort. Mais si je suis obsédé par la mort, c’est que je suis avant tout obsédé par la vie...

Objectif Cinéma : Même mort, Melquiades influe sur le destin des autres personnages....

Guillermo Arriaga : Je crois que lorsque quelqu’un meurt il continue à vivre en vous... J’avais déjà développé cette idée dans 21 grammes et dans deux de mes romans, Un doux parfum de mort et Le bison de la nuit. La question qui se pose est la suivante : quel est le poids des morts sur les vivants ?