Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

DVD

COFFRET BILAL
BUNKER PALACE HOTEL

d’Enki Bilal
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : dans un monde futuriste dictatorial, la révolution a éclaté. Holm (Jean-Louis Trintignant), industriel et ancien ministre du gouvernement qui vient de s’effondrer, se cache dans une forteresse souterraine avec les anciens dignitaires. Tous attendent que les rejoigne le Président (Hans Meyer), afin d’envisager comment rétablir l’ordre. Travaillant pour la Résistance, Marco (Svetovar Cvetkovic) a pour mission de s’infiltrer dans le bâtiment secret en se faisant passer pour un allié des politiciens terrés. Malheureusement il se fait tuer avant même de pouvoir entrer. Il est remplacé au pied levé par Clara (Carole Bouquet) qui s’improvise espionne et assiste à la fin d’un monde dans le bunker où tout est de plus en plus déliquescent, des serviteurs androïdes détraqués, de la ruine des locaux, aux rapports entre les différents fugitifs privés de pouvoir.



POINT DE VUE

Bunker Palace Hôtel est le premier film en tant que réalisateur de l’auteur de bande dessinée d’origine yougoslave, Henki Bilal. Initialement, Bunker Palace Hôtel devait seulement être un court-métrage, intégré dans un projet regroupant plusieurs dessinateurs, mais il s’est finalement transformé en un film à part entière. Pour l’occasion, Bilal a écrit un scénario original avec Pierre Christin, à qui l’on doit les albums des aventures spatiales de Valérian et Laureline, dessinées par Jean-Claude Mézières. Toujours d’une grande richesse, les bandes-dessinées de Bilal mélangent souvent science-fiction, politique, romance, et se caractérisent par la création d’univers urbains gris, crasseux où la vie humaine est assez dérisoire.

La grande qualité de Bunker Palace Hôtel est de parfaitement reproduire l’ambiance si particulière de l’œuvre sur papier de son auteur. Cela est principalement dû aux décors mêlant habilement des bâtiments réels de Belgrade, où le film a été tourné en 1988, avec des Matte-Paintings (décors peints sur verre). A cela s’ajoute le choix d’acteurs ayant des visages qui semblent tout droit sortir des bandes dessinées de l’artiste, comme Jean-Pierre Léaud, Yann Collette, Hans Meyer et Roger Dumat. Mais c’est principalement Jean-Louis Trintignant qui domine la distribution dans la peau de l’énigmatique Holm, un personnage cynique et sinistre d’ancien membre du gouvernement renversé qui, comme ses confrères, se cache dans le Bunker Palace Hôtel. Il devine aisément que Clara est une espionne et s’amuse au jeu du chat et de la souris avec elle. Le réalisateur a demandé si cela ne dérangeait pas l’acteur de se raser la tête pour incarner Holm, à cela Trintignant a répondu « qu’il en rêvait depuis tout petit ».