Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

FESTIVAL INTERNATIONAL
DU FILM D’AMIENS

Compte-rendu
Par Donald JAMES
Photos de Donald JAMES

Du 10 au 20 novembre 2005 s’est déroulé le festival international du film d’Amiens. Depuis vingt cinq ans dans cette ville aux rues ruisselantes de pluie, dans ce chef lieu de la Somme dont les paroissiens semblent tapis au fond de leur maison en briques, le festival dirigé par Jean-Pierre Garcia explore un cinéma à la marge. L’édition en 2004 rendait hommage à l’acteur Ti Lung en présentant quelques immanquables de la Shaw brother. Cette année, sous l’impulsion du débonnaire Pierre Rissient, le festival revenait sur l’actrice réalisatrice méconnue du grand public, la figure hors normes d’Hollywood, la troublante et magnétisante Ida Lupino (1918-1995).



Révélée à l’âge de 15 ans en 1933 avec Her First Affaire d’Allan Dwan, la brune Ida Lupino avec son autorité naturelle et sa beauté maladive ensorcela le cinéma hollywoodien des années 40. Elle joue la femme possessive et dangereuse de They Drive by Night de Raoul Walsh. Elle incarne la compagne désabusée et lucide d’Humphrey Bogart dans High Sierra (toujours Walsh). Fritz Lang la dirige dans Moontide, qu’il ne met en scène qu’en partie (le film est signé par Archie Mayo), dans lequel elle donne la réplique à Jean Gabin. Tout le poids du lyrisme, du mélodrame tragique de Deep Valley de Jean Neguslesco repose sur sa voix émouvante, son jeu tout en retenu contrastant avec les lignes claires d’un scénario manichéen. Dans Woman in Hiding de Michael Gordon - amère surprise de la projection vidéo à la tonalité grise qui raye de l’écran les contrastes de ce film noir ! - elle incarne magnifiquement la fragile innocence, un tremblant volatile ligoté par un homme fatal, un véritable salaud.

Superbe actrice, Ida Lupino, avec sa société de production Filmmakers fut aussi réalisatrice et productrice. Entre 1949 et 1954, elle signe sept longs métrages engagés marqués par une tonalité réaliste surprenante. Not Wanted (1949), Never Fear (1949), Outrage (1950), Hard Fast and Beautiful (1951), The Hitch-hiker (1953), The Bigamist (1953), The Trouble with Angels (1966). Sept films, sept merveilles du monde. Pour Not Wanted elle écrit le scénario, elle confie la réalisation à Elmer Clifton. Dès le début du tournage, ce dernier est victime d’une crise cardiaque, Ida Lupino le remplace. Not Wanted suit le parcours d’une jeune fille, Sally, séduite par un pianiste puis abandonnée avant même que ne se révèle sa grossesse. Ce film fascine par la modernité et le réalisme bouleversant de son sujet, la maturité et la liberté des dialogues et par sa délicatesse dans l’expression des sentiments. Les films suivants participeront du même élan, de la même originalité. Mais ce naturel romantique, ce réalisme rayonnant d’une beauté tragique n’apporteront néanmoins pas à Ida Lupino de grands succès auprès du grand public.

C’est à travers ses hommages à des cinéastes et des acteurs souvent indépendants, engagés ou hors normes que le festival international du film d’Amiens a acquis ses lettres de noblesses. Parallèlement, le festival présente une compétition d’une dizaine de films. Cette année, Yves Boisset présidait le jury. Mon court séjour au festival ne m’ayant pas permis de couvrir intégralement la compétition, je suis revenu tel un journaliste boiteux. Quoique. Hormis Arlit, deuxième Paris d’Idrissou Mora Kpaï et Des enfants qui s’aiment de Gilles Volta il n’y avait pas vraiment de quoi frétiller... de bonheur.