Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

CONCOURS DVD

LE PONT DU ROI
SAINT-LOUIS

de Mary McGuckian

Actuellement
disponible en DVD

SYNOPSIS : Le 20 juillet 1714, au Pérou, le pont du Roi Saint-Louis s’effondre soudain, emportant cinq victimes. Qui étaient ces voyageurs ? Est-ce le hasard ou la main de Dieu qui les a fait périr ensemble dans cette catastrophe ? Le frère Juniper va tenter de résoudre cette énigme. Convaincu que cet accident est l’exemple parfait de la mécanique divine, le moine va démêler les vies pour mieux tenter de comprendre le mystère qui les liait. Quel point commun existe-t-il entre toutes ces vies ? Pourquoi ont-elles été interrompues brusquement ? A travers son enquête, le frère Juniper va approcher la vérité - mais dans un pays soumis à la terrible Inquisition espagnole, certaines affirmations sont sacrilèges...

Du Pérou à l’Espagne, des couvents aux théâtres en passant par les bas-fonds de Lima jusqu’aux grandes expéditions maritimes, cette fascinante quête nous entraîne à la découverte du plus grand des mystères, du plus universel des pouvoirs...



A l’occasion de la sortie en DVD du film Le Pont du Roi Saint-Louis (The Bridge of San Luis Rey) de Mary McGuckian avec Kathy Bates, Robert De Niro, Samuel Le Bihan et Emilie Dequenne, Metropolitan et Objectif Cinéma vous proposent de gagner 10 DVD pour découvrir ce film.






NOTES DE PRODUCTION

« Bientôt, nous devrons nous aussi mourir, et le souvenir de ces cinq êtres quittera la terre, et nous serons nous aussi aimés pour un temps, puis oubliés. Il existe un royaume des vivants et un royaume des morts, et le pont entre eux est amour, la seule chose qui survive, la seule qui ait un sens. » Thornton Wilder, 1927

Hasard ou destinée ?
La question nous hante tous et trouve ici un cas d’étude exceptionnel. A la fois thriller, conte philosophique et magnifique fable sur l’amour, LE PONT DU ROI SAINT-LOUIS est de ces films qui, au-delà de la beauté formelle et du talent des comédiens, vous marquent au plus profond de vous-même.

Adaptée d’un chef-d’œuvre de la littérature lauréat du prix Pulitzer, servie par une distribution exceptionnelle, cette fresque fascinante nous initie aux arcanes du hasard. Lorsque le pont du Roi Saint-Louis s’effondre mystérieusement, cinq voyageurs sont précipités dans la profonde gorge qu’il surplombe et trouvent la mort. Leur présence sur le pont était-elle un hasard, ou y ont-ils été conduits par la main de Dieu ? Etaient-ils d’une quelconque manière responsables de ce qui s’est passé ?

Ce sont ces questions que pose Thornton Wilder dans son livre. Pour lui, la réponse se trouve dans le pouvoir de l’amour.
LE PONT DU ROI SAINT-LOUIS nous entraîne au Pérou, au XVIIIe siècle, à l’époque de l’Inquisition espagnole, à la découverte des histoires personnelles de cinq personnages. Nous y découvrons des mondes éclectiques, le théâtre, les couvents, les maisons closes et les docks de Lima, et jusqu’aux explorations maritimes envoyées par la Cour de Madrid.

UNE RENAISSANCE

Le roman de l’écrivain américain Thornton Wilder, « Le Pont du Roi Saint-Louis », publié en 1927, est l’un des grands classiques du roman américain du XXe siècle. Il a connu un regain d’intérêt de la part du public suite à un événement tragique ayant une portée internationale. Après l’attentat du 11 septembre 2001, le Premier Ministre britannique Tony Blair, dans son hommage aux victimes, a en effet cité un extrait du « Pont du Roi Saint-Louis ». Les derniers paragraphes vibrants du roman cités par M. Blair sont également ceux retracés dans les dernières répliques du film.

LES ORIGINES DU PROJET

Mary McGuckian espérait depuis longtemps pouvoir porter à l’écran le roman de Thornton Wilder lauréat du Pulitzer. Elle avait découvert le livre il y a une dizaine d’années, lorsque le célèbre dramaturge irlandais Brian Friel le lui avait envoyé en suggérant que la force de la prose poétique du roman serait merveilleusement servie par son style visuel. La fille de Friel, Judy Friel, elle aussi dramaturge, a travaillé sur le scénario.

Le roman de Thornton Wilder avait déjà connu deux adaptations au cinéma, une fois en 1929 sous la direction de Charles Brabin et une autre en 1994 sous celle de Rowland V. Lee. Cela n’a pourtant pas détourné Mary McGuckian de son désir de donner naissance à une autre vision de l’histoire, née de sa propre adaptation et de sa mise en scène.

Elle explique : « J’ai commencé à travailler sur le scénario il y a six ans, mais à l’époque personne ne voulait mener ce projet à bien. Je l’ai mis de côté. Ce qui m’a attirée dans le livre, c’est qu’il est magnifiquement écrit et que la narration se déroule fondamentalement à travers les personnages. Il n’est jamais question de donner des leçons, nous nous contentons de suivre cinq destins poignants et parallèles. Et puis, comme la plupart des gens, je me pose la même question que Thornton Wilder, mais à laquelle il ne répond pas vraiment non plus : y a-t-il un plan, une raison au fait que nous naissons, vivons et mourons, ou bien tout cela se produit-il par accident ? »

« En partant de ce thème, chacun des personnages de l’histoire affronte sa nature mortelle de manière différente. Chacun de ceux qui meurent a pu connaître son moment de grâce ou de paix. La mort est toujours le sujet le plus tabou de notre culture occidentale – le sexe et la violence sont devenus des lieux communs dans les médias modernes, mais pas la mort. »

Mary McGuckian souligne : « LE PONT DU ROI SAINT-LOUIS raconte une histoire dont le thème est universel. A travers les différentes histoires qu’il met en scène, Thornton Wilder dit qu’il n’existe en fin de compte aucune réponse à la question ultime mais qu’il faut accepter que « Il existe un royaume des vivants et un royaume des morts, et que le pont entre eux est amour, la seule chose qui survive, la seule qui ait un sens. »

LES ACTEURS

La prestigieuse distribution du PONT DU ROI SAINT-LOUIS rassemble quatre acteurs nommés à l’Oscar : F. Murray Abraham, Kathy Bates, Harvey Keitel et Robert De Niro, ainsi que certains acteurs et actrices européens réputés : Gabriel Byrne, Geraldine Chaplin, John Lynch, Samuel Le Bihan et Dominique Pinon. A leurs côtés, de jeunes acteurs comme Emilie Dequenne, Pilar Lopez de Ayala, Adriana Dominguez et les jumeaux Mark et Michael Polish.
Comment une jeune réalisatrice irlandaise ne bénéficiant de l’appui d’aucun grand studio hollywoodien est-elle parvenue à rassembler une distribution aussi impressionnante ? Elle explique : « Je suis arrivée avec ma liste idéale… Pour les douze personnages principaux de mon histoire, j’ai juste écrit sur une feuille de papier le nom du personnage, et en face, le nom de l’acteur ou de l’actrice que je rêvais d’avoir… A aucun moment je n’ai pensé qu’ils accepteraient ! »

Refusant de se laisser décourager parce que les agents lui retournaient systématiquement son scénario, Mary McGuckian et son frère Garrett, son associé à la production, ont persisté. Jusqu’à ce que certains agents leur expliquent le processus à suivre pour permettre à leur scénario d’être considéré par certains des plus grands talents de Hollywood. Et un par un, les acteurs ont tous donné leur accord …

Mary McGuckian explique : « Comme le livre, le film est extrêmement riche. Trois univers s’y croisent : le monde de la Cour, le monde ecclésiastique et le monde du théâtre. Thornton Wilder a écrit trois histoires qui font intervenir et s’entrecroiser les vies de cinq personnes appartenant à ces trois mondes avant qu’elles trouvent la mort sur le pont.

« Le monde de l’Eglise est régi par l’archevêque de Lima, un personnage très puissant interprété par Robert De Niro. Frère Juniper, le moine franciscain incarné par Gabriel Byrne, enquête sur la vie des cinq personnes qui ont péri sur le pont. Son enquête le mènera devant la Cour de l’Inquisition dirigée par le vice-roi (F. Murray Abraham). Est également rattachée à ce monde l’abbesse, que joue Geraldine Chaplin. Thornton Wilder la décrit comme « une femme en avance sur son temps dans son désir d’apporter un peu de dignité à la vie des femmes. »

La réalisatrice poursuit : « Le second univers est celui de la Cour du roi Philippe V d’Espagne, qu’incarne Jim Sheridan. Bien que la Cour ait une grande influence au Pérou, elle reste bien éloignée de ce qui se passe réellement dans ce pays. A l’époque, la Cour du roi Philippe était elle-même très influencée par la Cour de France. C’est pour cette raison que nous avons fait appel à des acteurs français ou francophones comme Samuel Le Bihan, Dominique Pinon et Emilie Dequenne, pour incarner les aristocrates espagnols.

« Ceux qui appartiennent au monde du théâtre sont Oncle Pio, joué par Harvey Keitel, un impresario de théâtre qui découvre une jeune chanteuse et lui permet de développer son talent. La Périchole, incarnée par Pilar Lopez de Ayala, deviendra la plus grande comédienne du Pérou. Ce personnage a croisé les vies de tous ceux qui meurent sur le pont : Doña Maria (Kathy Bates) et Pepita (Adriana Dominguez), les jumeaux Manuel et Esteban (Mark et Michael Polish), et bien sûr son mentor, Oncle Pio.


DONNER VIE AU PROJET

Mary McGuckian et son frère Garrett McGuckian ont décidé de produire le film à travers leur société de développement et de production, Pembridge Pictures. Les coproducteurs sont Denise O’Dell et sa société de production espagnole Kanaman, qui à son tour a fait appel au producteur français Samuel Hadida et à sa société Davis Films. Ont également participé au financement les Britanniques Michael Lionello Cowan et Jason Piette avec Spice Factory, en association avec Movision et Scion Films.

Garrett McGuckian confie : « Avec un solide plan de financement, un excellent matériel source, un scénario attractif et la formidable ténacité de ma sœur Mary, le casting a été bouclé en quelques mois, et le financement également. » Michael Cowan remarque : « LE PONT DU ROI SAINT-LOUIS a été la plus grosse production indépendante tournée en Europe en 2003. » Samuel Hadida précise : « Un film d’une telle ampleur ne pourrait jamais voir le jour sans un système de coproduction. »

LE TOURNAGE

Le 4 avril 2003, le tournage du PONT DU ROI SAINT-LOUIS commençait dans la capitale espagnole, Madrid. Il s’est achevé fin juin 2003. Robert De Niro explique : « Cette histoire se déroule au XVIIIe siècle au Pérou. L’Espagne était vraiment le cadre idéal. »

L’équipe technique était aussi éclectique que la distribution. Elle regroupait des vétérans du cinéma anglais comme Linda DeVetta pour les maquillages et les coiffures et Yvonne Blake pour les costumes, le directeur de la photo espagnol Javier Aguirresarobe et le chef décorateur Gil Parrondo, et le chef monteur Kant Pan, né à Hong Kong. Lalo Schifrin est venu rejoindre l’équipe plus tard pour composer toute la musique symphonique originale.

Les premières prises de vues se sont déroulées dans la région montagneuse de Ucles, à 100 kilomètres au nord de Madrid, dans un palais privé. L’équipe s’est ensuite installée à Talamanca et à Tolède, avant de rejoindre Malaga, sur la Costa del Sol, où elle est restée plusieurs semaines au début de l’été.

Avec le soutien des instances locales de Malaga, la production a pu tourner dans des lieux magnifiques comme la Plaza Mayor, la majestueuse cathédrale et le théâtre Cervantes. Toute l’équipe est ensuite revenue à Ucles pour achever le tournage en juin 2003. La postproduction a ensuite été réalisée au Royaume-Uni et en France.

THORNTON WILDER
Auteur du roman « Le Pont du Roi Saint-Louis »

Célèbre romancier et dramaturge, Thornton Wilder est né dans le Wisconsin, aux Etats-Unis, en 1897. Il a passé sa jeunesse à Shanghai et en Californie et a étudié à la Yale University puis à l’American Academy de Rome.

C’est son second roman, « The Bridge of San Luis Rey », publié en 1927, qui l’impose comme l’un des plus grands écrivains américains du XXe siècle. Le livre connaît un succès immédiat dans plusieurs pays et obtient le Prix Pulitzer en 1928. Wilder écrira au cours de sa carrière six autres romans dont « Heaven’s My Destination (En voiture pour le ciel) », édité en 1935, et « The Ides of March (Les Ides de Mars) », édité en 1948.

Il a remporté à deux autres reprises le Prix Pulitzer, pour ses pièces « Notre petite ville » (1938) et « La Peau de nos dents » (1942). « The Matchmaker » a été adaptée par Michael Stewart pour devenir la comédie musicale à succès jouée pendant plusieurs années, « Hello Dolly ! », et John Huston a adapté son roman « Theophilus North » à l’écran sous le titre MR. NORTH, avec dans les rôles principaux Anthony Edwards, Robert Mitchum, Lauren Bacall, Harry Dean Stanton et Anjelica Huston, sous la direction de Danny Huston.

« The Bridge of San Luis Rey », paru en France en 1929 sous le titre « Le Pont du Roi Saint-Louis », s’est vendu à plus de 500 000 exemplaires au cours de ses deux premières années de publication. Il a été adapté au cinéma une première fois en 1929, puis en 1944 dans une version musicale interprétée par Lynn Bari et Donald Woods. Thornton Wilder est décédé en 1975.

« Le Pont du Roi Saint-Louis » a récemment été réédité avec une préface de Russell Banks. Ce livre est considéré comme « un chef-d’œuvre de grâce pure, écrit dans un style trompeusement simple ». Les romans de Wilder sont peuplés de personnages fascinants, écrits avec une grande richesse de détails et habités par une profonde intensité dramatique. L’auteur y trace le portrait remarquablement vivant d’existences subtilement imbriquées.

Ce sont les interrogations de l’auteur sur la notion de destin et sur les questions éthiques qui confèrent à ses œuvres un caractère intemporel, que ce soit sous forme de roman ou de film. « Le Pont du Roi Saint-Louis » est un drame philosophique profond sur la foi, l’amour non partagé et la question ultime : « Vivons-nous et mourons-nous pour respecter un plan, un ordre quelconque, ou tout cela relève-t-il seulement du hasard ? »

« Certains disent que nous n’en saurons jamais rien et que pour les dieux, nous sommes comme les mouches que tuent les petits garçons un jour d’été. D’autres disent au contraire que le moindre moineau ne perd aucune plume qui n’ait été effleurée par le doigt de Dieu. » Thornton Wilder, 1927

MARY McGUCKIAN
Scénariste, réalisatrice et productrice

Mary McGuckian est née et a grandi en Irlande du Nord. Elle a fait ses études d’ingénieur au Trinity College de Dublin. Parallèlement à ses études, elle est membre du Trinity Players et commence à travailler comme actrice professionnelle. Elle poursuivra sa formation de comédienne au Drama Studio de Londres puis à l’Ecole de théâtre Jacques Lecoq à Paris.

De retour en Irlande, elle mène une carrière fructueuse au théâtre et travaille aussi bien avec la National Theatre Company of Ireland de l’Abbey Theatre que pour des pièces avant-gardistes. Elle s’intéresse particulièrement aux nouveaux auteurs et écrit elle-même. Parmi ses pièces figurent « Bernadette », « Les Nereides », « 3-D », « The Midnight Court » et « Hazel » - elle est aussi le metteur en scène de ces deux dernières. Par la suite, on lui demande d’écrire pour le cinéma. Après avoir travaillé au développement de plusieurs films irlandais et pour différentes sociétés de production télévisée, elle a créé il y a dix ans sa propre compagnie, Pembridge Productions, pour développer et produire des longs métrages.

En 1994, elle écrit et réalise son premier long métrage, WORDS UPON THE WINDOW PANE, adaptée de la pièce en un acte de W.B. Yeats. Elle y dirige Geraldine Chaplin, Geraldine James, Ian Richardson, John Lynch et Jim Sheridan. Le film est sélectionné aux festivals de Venise, Sundance, Londres et Tokyo.

Deux ans plus tard, elle signe THIS IS THE SEA d’après sa propre pièce, « Hazel ». Le film est interprété par Richard Harris, Gabriel Byrne, Samantha Morton et John Lynch. En 1999, elle coécrit avec son mari, l’acteur John Lynch, BEST, avec Lynch, Ian Bannen, Jerome Flynn, Ian Hart, Patsy Kensit, Stephen Fry et Rodger Daltry.

En 2001, avec son frère Garrett McGuckian, elle a créé Pembridge Pictures au Royaume-Uni pour y développer des films à long terme. Le premier a été LE PONT DU ROI SAINT-LOUIS. Elle a depuis réalisé RAG TALE, un thriller satirique dans l’univers des tabloïds, et travaille sur THE MIDNIGHT COURT, une comédie musicale rock futuriste et fantastique.