Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

LA DISCOTHEQUE
DES FILMS #6

Dean Martin et Le Secret de Veronika Voss
Par Frédéric FOUBERT

« J’aperçois une petite ville américaine, minable, criarde, une sorte de juke-box avec ses lumières au néon, ses bars et ses joueurs de poker. Tout à fait l’intérieur d’un juke-box. Le film se colore, acquiert une saveur particulière. Tout votre travail se trouve influencé par cette vision. » Vincente MINNELLI, à propos de Comme un torrent, « Cahiers du cinéma », n°128, février 1962.

Une chanson, un film, une histoire... Quand les cinéastes piochent les bons morceaux dans leur discothèque personnelle, on ne les entend plus de la même façon... Petite promenade à l’intérieur du juke-box, là où le rock transforme l’image, et inversement...



Avant-dernier film de Fassbinder, Le Secret de Veronika Voss n’est pas un film sur le cinéma, mais un film dans le cinéma, une relecture de Sunset Boulevard à la lumière de l’histoire allemande, filmée depuis l’intérieur de l’usine à rêves. Au cœur du mensonge. RFA, années 50 : Veronika Voss, star déchue du IIIème Reich, se meurt à petit feu. Dans la drogue, et ses songes, elle tente de revivre sa splendeur passée. Doucereux flirt avec les abîmes de la nostalgie. Violentes saillies du souvenir. Evoquant ses années de vedettariat (qui furent aussi celles d’Hitler), la Voss a ce mot : « Malgré tout, c’était la belle époque. » Propos tragique, qui fait écho à ce que Sartre écrivit en temps de paix : « Jamais nous n’avons été plus libres que sous l’Occupation. » Veronika sait l’horrible vertige produit par ces paroles. Mais il n’y a pas de provocation chez elle, seulement l’irrecevable paradoxe que jamais plus elle ne saura autant adulée et aimée qu’à cette époque où le pays s’était métamorphosé en bloc de haine pure. Le passé est indicible. Et les flashbacks sont aveuglants.

Maudite pour l’Histoire, Veronika sera condamnée par les hommes. Le docteur Katz, son tortionnaire (qui la séquestre, l’assomme de morphine, la détrousse de ses biens), décide de sa mise à mort. Mais avant cela, Veronika Voss aura droit à un cadeau d’adieu digne de la star qu’elle fut : une grande fête, du champagne, des invités, de la lumière, de la musique. Un piano, un micro, et c’est sur une chanson qu’elle fera ses adieux à la scène. Actrice, chanteuse : le métier est le même, il s’agit de briller sous les feux de la rampe. Lumière artificielle : on ne saura jamais si la scène a vraiment eu lieu ailleurs que dans l’imagination de Veronika.