Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

JEAN-PIERRE JEUNET
Réalisateur
Entretien réalisé
le 31 octobre 2005 à Marcigny
Par Caroline MUSQUET

Entretien express du réalisateur de Delicatessen, Un long dimanche de fiançailles et Pas de repos pour Billy Brakko, à l’occasion de son passage à Marcigny en Saône-et-Loire ou il a donné quelques infos autour de son "potentiel" nouveau projet  : L’Histoire de Pi.



Objectif Cinéma : Vous allez manifestement travailler à nouveau aux Etats-Unis avec L’Histoire de Pi , adapté du roman du Québecois, Yann Martel. Pourquoi la Fox a t-elle fait appel à vous ?

Jean-Pierre Jeunet : La Fox avec laquelle j’avais travaillé pour Alien IV avait entendu dire que j’aimais le livre. Mais je n’ai pas été le premier contacté. M. Night Shyamalan entre autres avait été contacté. J’ai dû être le quatrième sur la liste mais de nombreux autres réalisateurs étaient sur le coup. Mais cela dit, rien n’est fait. Je n’ai pas encore signé.


Objectif Cinéma : Comment se passe la collaboration avec les Américains ?

Jean-Pierre Jeunet : Alien était un film de commande. Je n’ai pas rédigé le scénario. Mais j’avais une totale liberté artistique, j’ai pu ajouter mes idées, imposer ma vision des choses. Les seules contraintes, et c’est aussi une forme de censure de la part d’Hollywood, étaient d’ordre budgétaire. Là, avec L’Histoire de Pi, c’est moi qui écris l’histoire. J’espère en faire un film plus personnel.


Objectif Cinéma : Comment parvient-on à percer dans le monde du cinéma sans avoir de proches ou d’amis appartenant à ce milieu ?

Jean-Pierre Jeunet : Mon père travaillait aux PTT. Moi aussi, j’y ai travaillé d’ailleurs. Je ne connaissais personne dans le milieu du cinéma. Mais si j’ai un conseil à donner à ceux qui veulent se lancer, c’est de faire des films. Just do it. Prends ta caméra, sors, fais des films. Et à force de persévérance, on peut faire des rencontres, on peut avoir la chance d’être remarqué. Et puis, surtout avant de se lancer dans ce métier, il faut d’abord se demander si on veut être metteur en scène, flatter son ego ou faire des films.