Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

BRIGITTE AUBRY
Comédienne,
directrice artistique
Entretien réalisé
par Thierry ATTARD
Remerciements spéciaux
à Xavier VARAILLON (Dub’Club)

Actrice de théâtre, de télévision et de cinéma, Brigitte Aubry est une de ces comédiennes dont la simple présence apporte une incontestable valeur ajoutée à une version française. Son expérience de la scène et de l’écran conjuguée à une maîtrise parfaite du jeu ainsi que de la direction artistique en font une des voix féminines les plus intéressantes du doublage français contemporain.



La Gazette du doublage : Brigitte Aubry, merci d’avoir accepté cette entrevue. A quel moment de votre vie avez-vous eu envie de devenir comédienne et quelle est votre formation ?

Brigitte Aubry : J’ai toujours eu le désir d’être comédienne. Je savais tout juste marcher que je me déguisais, tout juste lire que j’apprenais des fables ou des histoires et la moindre réunion familiale m’offrait un public potentiel. En primaire à la très attendue question : « Quel métier voulez-vous exercer plus tard ? » immanquablement la même réponse : actrice !

A la faveur d’un déménagement en grande banlieue, à Ableiges - un ravissant village à la limite du Vexin - mes parents ont accepté, pour se faire pardonner de m’avoir éloignée de ma « vie parisienne » et de mes amis (j’entrais en 3ème), d’accéder à ma demande de suivre des cours de théâtre. Renseignements pris, nous avons choisi celui de Jean Périmony.

Je suis devenue la plus jeune élève de son cours. J’avais 15 ans et mon bonheur était total. J’ai donc suivi ma formation artistique en parallèle avec mes études au lycée de Pontoise, puis le bac en poche, je suis revenue m’installer à Paris afin de parfaire mon art et l’exercer.


La Gazette du doublage : Quand avez-vous compris que votre carrière de comédienne était bien amorcée et que vous pourriez exercer cette profession de manière durable et sérieuse ?

Brigitte Aubry : Je l’ai très vite compris vite lors de ma première tournée des Femmes savantes, rôle d’Henriette, mis en scène par un homme de théâtre respectueux, Jean-Pierre Martin, décédé depuis. Et puis, plus rien... Je suis encore jeune, j’ai peur et je retourne en cours cette fois chez René Simon. C’est le cinquantenaire du cours, c’est la fête et on passe l’année à mettre en place des numéros de tous ordres. Un feu d’artifice de jeunes talents ! ( la Star’ac d’il y 30 ans...)

En réalité on ne sait pas, je crois, si une carrière est amorcée ou engagée surtout de façon durable et sérieuse ! C’est comme une histoire d’amour... Je n’ai jamais cessé de croire que je pourrais faire ce métier. Pourtant je ne suis pas encore arrivée à la maîtrise de mon Art tant dans sa forme que dans son expression. Je suis encore une actrice de l’ombre et je rêve d’enchaîner rôle sur rôle au théâtre et au cinéma. S’il suffit de le vouloir, alors c’est pour demain ! A ce moment-là peut-être aurais-je atteint mon but ?