Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

ORLANDO VARGAS
de Juan Pittaluga
Par Nadia MEFLAH

SYNOPSIS : En Uruguay, où il habite avec sa femme Alice et son fils Thomas depuis cinq ans, Orlando Vargas subit des pressions de la part du pouvoir. Si son assistant Gaspard s’inquiète ouvertement pour lui, Costas, un homme qu’il fréquente discrètement, célèbre son courage. Surveillé en permanence par un policier, Orlando semble indifférent au danger qui le guette. Seul Thomas sera le témoin d’une rage qu’il cherche à noyer dans l’alcool. Surprenant ses proches, il décide de partir avec Alice et Thomas à Joséfina, le dernier village en bord de mer avant le Brésil. A Joséfina tout va se précipiter. Le jour de leur arrivée, Orlando ne rentrera pas. Alice devra alors faire face à la vérité de l’homme qu’elle aime...



EST-CE AINSI QUE LES HOMMES VIVENT ?

Que connaissons-nous du cinéma uruguayen ? Il semble à chaque fois renaître dès qu’un film arrive sur nos écrans. A peine cinq films sont réalisés par an. Quelques-uns ont été révélés au grand public, tels Whisky en 2004, et 25 Watt en 2001, tous deux réalisés par Juan Pablo Rebella et Pablo Stoll.

Orlando Vargas de Juan Pittaluga, révélé à Cannes en 2005 au sein de la Semaine de la Critique, nous dévoile un monde où l’horizon de la campagne épouse celui de la mer, au risque du silence absolu. Celui d’un homme encerclé par les luttes de pouvoir.

Comment filmer l’absence ? Qu’est qu’une disparition au cinéma ? Récit au bord du gouffre, de tous nos intimes fracas, Orlando Vargas transcende son sujet pour accéder à une dimension universelle. Rares sont les films qui sachent ainsi filmer le silence d’un homme avec une telle intensité et pudeur. L’art de l’ellipse, au risque de la béance vers l’abstraction, semble dès lors s’incarner avec toute l’élégance requise, celle-là même qui nous engage à la meilleur place. Ni complice ni bourreau. Car Orlando Vargas c’est l’histoire de tout un chacun qui a pu vivre en sa chair la question du choix et de la responsabilité : entre la collaboration active ou la résistance, à n’importe quel prix. Orlando Vargas est un hommage au propre père du cinéaste.