Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

56e BERLINALE
9 au 19 février 2006
Par Nicolas VILLODRE

Le festival de Berlin fut créé en 1951, en pleine reconstruction d’une ville encore en ruines. Il fut inauguré avec le film d’Alfred Hitchcock, Rebecca. C’est le plus grand événement de la capitale culturelle et politique de l’Allemagne réunifiée, l’un des trois plus grands festivals au monde.



Près de 400 films y ont été montrés, dont un certain nombre en première mondiale, comme c’est le cas par exemple du dernier film de Chabrol, L’Ivresse du pouvoir, qui n’est sorti que quelques jours après en France. Ou du film d’Oskar Roehler’s Elementarteilchen (Les particules élémentaires). Ou encore du dernier film de Robert Altman, A Prairie Home Companion. Hors compétition, on a pu voir le biopic de Bennett Miller : Capote. Ainsi que deux films très attendus du Français oscarisé Michel Gondry : son documentaire Dave Chappelle’s Block Party et The Science of Sleep.

Le festival est dirigé par Dieter Kosslick (qui, parions-le, finira sa carrière en devenant maire de Berlin) et est composé, comme c’est maintenant partout le cas, de plusieurs sections :

-la compétition officielle  : le jury de cette année était présidé par Charlotte Rampling ; parmi les jurés figuraient Matthew Barney, l’artiste plasticien qui doit sa notoriété à la vocaliste Björk, l’actrice sud-coréenne Lee Young-ae et le comédien d’origine est-allemande Armin Mueller-Stahl, qui fut, entre autres, interprète chez Fassbinder.

En compétition, on a présenté par exemple le film Find Me Guilty de Sidney Lumet (la seule véritable déception d’une sélection tout ce qu’il a de plus correcte, quoi qu’on en ait dit la presse française).

On a remis l’ours d’or du meilleur film, des ours d’argent du prix du jury, pour le meilleur réalisateur, la meilleure actrice, le meilleur acteur, pour la meilleure réussite artistique, pour la meilleure musique. Enfin, un ours d’or et d’honneur a été décerné au réalisateur de l’Homme de marbre, Andrei Wajda. La compétition s’est terminée par la projection d’une copie neuve (soi-disant "restaurée", on ne comprend pas en quoi ce film avait besoin de l’être) du film réalisé en 1972 par Sam Peckinpah, Pat Garrett & Billy the Kid, dans lequel "joue"... le chanteur Bob Dylan, encore moins bon que Bruel chez Chabrol.

- le cinéma dit « indépendant » dans le Panorama ; et le court métrage, « le monde en miniature », films en compétition avec un jury commun aux deux sous-sections ;

- le Campus qui organise des rencontres de 500 jeunes, les talents de demain, venus du monde entier ;