Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

BERLIN

FIND ME GUILTY

de Sidney Lumet
Par Nicolas VILLODRE

SYNOPSIS : Un gangster mafieux, Giacomo DiNorscio, surnommé Fat Jack, est entendu comme témoin à la Cour. On lui demande de dénoncer ses anciens coéquipiers.



L’innocent du Village

Tous les films américains (presque tous, disons) présentent une scène de procès. Ici, comme déjà dans le 12 Angry Men (1957), qui l’avait rendu célèbre, le Cayatte américain, Sidney Lumet, réalise un film entièrement consacré à une affaire et à des audiences judiciaires.

Le seul intérêt de ce procès - selon la célèbre formule avertissant le spectateur, le film a bel et bien été tiré d’événements et de débats réels s’étant produits à la fin des années 80 -, c’est qu’il a été le plus long de l’histoire des Etats-Unis, en matière criminelle tout au moins.

Le seul intérêt du film, c’est qu’il met en scène, de façon démagogique (démocratique, diront les inconditionnels de Lumet), la lutte du faible contre le puissant, de David contre Goliath, de l’individu contre l’institution. Un hos-la-loi sans aucun bagage intellectuel, d’origine italienne, simple mais malin et débrouillard, provenant du petit peuple des bas quartiers du New Jersey, contre une justice sophistiquée, aux procédures complexes, représentée par un procureur issu de la bonne bourgeoisie irlandaise et vivant probablement à Manhattan, près de Central Park.

Le réalisateur prend fait et cause pour le personnage mafieux, accusé notamment de racket et de trafic de drogue, incarné par l’acteur lourdaud Vin Diesel, anti-héros qui non seulement refuse de charger les vingt membres de la famille mis en cause en échange d’une réduction de peine (deal et conception d’une justice américaine née sous la loi de Lynch qui, peu à peu, mine de rien, s’exportent), mais qui prétend assurer seul sa défense, sans le recours à un avocat professionnel.