Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

JEAN-PIERRE DUCLOS
Comédien
Par François JUSTAMAND
Un grand remerciement à l’intéressé pour son aide précieuse

Jean-Pierre Duclos est né le 2 octobre 1931 en Suisse. Après des études classiques au Collège de Genève, il s’inscrit au Conservatoire. En 1951, il part tenter sa chance à Paris. Il suit alors les cours d’art dramatique de René Simon et ceux de Marianne Stein de l’école Max Reinhardt. Comme beaucoup de comédiens, il commence sa carrière sur les planches. En 1953, il fait la création de Dona Rosita de Lorca avec Silvia Montfort et du Cercle de craie de Klabund.



Jean-Pierre Duclos effectue son premier doublage en juillet 1954 pour le film Carnival Story avec Anne Baxter dans lequel il prête sa voix à l’acteur Lyle Bettger. De cette séance d’enregistrement, Jean-Pierre Duclos se souvient : « Depuis plus d’un an, je participais à des séances d’essais, mais sans succès. Les voix choisies étaient toujours les mêmes. Pour Carnival Story, j’ai finalement été choisi par les frères Kikoïne. Je ne garde pas un très bon souvenir de ce film car lorsque vous débutez, vous êtes maladroit et je sentais l’agacement des ”anciens” lorsqu’il fallait refaire une prise par ma faute. C’est pourquoi, en souvenir de ces débuts difficiles, j’ai toujours aidé les jeunes qui débutent en faisant un peu exprès de me tromper dans le texte, afin de leur laisser le temps de répéter. »

A partir de 1954, Jean-Pierre Duclos va jouer, sur les planches, de nombreux Classiques. Il va faire une tournée aux Antilles avec la Comédie de Paris, jouer dans des festivals (Nimes, La Bourboule, Sarlat...), passer quelques saisons au TNP Jean Vilar... Il interprète aussi des Dramatiques pour la Radio Suisse Romande et Radio Genève et, parallèlement, il est meneur de jeu à Europe N°1 et RTL. En 1955, il tourne dans Si Paris nous était conté de Sacha Guitry et en avril 1956, il commnence pour André Hunebelle le tournage de Mannequins de Paris. En 1957, il retrouve Guitry pour Assassins et voleurs.

A cette même époque, il prête sa voix à l’acteur Karl-Heinz Böhm (l’empereur François-Joseph) pour la série des trois Sissi avec Romy Schneider. A ce sujet, Jean-Pierre Duclos nous dit : « Aucun producteur ne voulait de Sissi en France. C’est pour finir Pignières qui s’est lancé, pour une faible somme, dans l’opération et a gagné beaucoup d’argent. Lorsque j’ai assisté à la projection, j’étais sûr que ce serait un succès. Le public adore les princesses (c’était l’époque où Grace Kelly est devenue Princesse de Monaco). La série des Sissi n’arrête pas de ressortir tant au cinéma qu’à la TV. »

Concernant le doublage des James Bond, Jean-Pierre Duclos garde peu de souvenirs : « A l’époque, à la SPS (Société parisienne de sonorisation), Jean-Claude Michel et moi avons fait, tous les deux, les essais pour le rôle de Bond dans James Bond contre Docteur No. J’ai finalement été choisi. Pour les Bond suivants, j’ai dit à Gérald Castrix, le chef de plateau, que je ne voulais plus doubler Connery au tarif habituel. Je voulais être payé au forfait car je trouvais qu’il n’y avait pas assez de lignes. Cela a finalement été accepté mais avec un petit mécontentement du côté de la SPS. Ce n’était de toute façon pas eux qui payaient, c’étaient les Artistes Associés ! »