Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

SARA FORESTIER
A propos de Hell
Par Aurélien G.

A quelques jours de la sortie en salles de Hell, brûlot sur la jeunesse dorée parisienne adapté du roman homonyme de Lolita Pille, Sara Forestier, l’interprète principale du film, s’est longuement confiée à Objectif Cinéma.
La jeune et pétillante actrice revient sans détours sur un début de carrière en conte de fée et porte un regard aussi lucide qu’inquiétant sur la société dans laquelle elle vit.
Un an après son César du meilleur espoir féminin pour son rôle dans L’Esquive, c’est donc l’heure du premier bilan. Tendez l’oreille...



Objectif Cinéma : Les affiches de Hell ont envahi le métro et les abris-bus. Quel effet cela fait-il de se voir ainsi placarder dans tout Paris ?

Sara Forestier : (enthousiaste) Ca m’amuse énormément car cette affiche je la trouve mortelle ! Ca représente un an de ma vie, un an de travail. C’est un vrai bonheur de voir que tout le monde en parle !


Objectif Cinéma : Cette affiche est plutôt osée. Provocante ?

Sara Forestier : Je dirais plutôt saisissante. Aujourd’hui il y a tellement de films qui sortent que l’affiche doit vraiment attirer l’œil pour se faire remarquer. Les créateurs de l’affiche cherchaient un concept fort. Ma tête est coupée, je trouve ça génial ! On ne voit que mon doigt... Il symbolise bien le personnage de Hell, dont on ressent tout de suite le rejet qu’elle éprouve à l’égard de la société...


ETRE OU AVOIR ?


Objectif Cinéma : Hell a pourtant eu la chance de grandir dans un milieu aisé. Qu’est-ce qui motive donc son rejet de la société ?

Sara Forestier : A bientôt vingt ans, Hell ne va plus à l’école. Ca l’amène à se demander qui elle est, ce qu’elle va faire de sa vie... Comment va-t-elle se construire ? Elle regarde derrière elle et s’aperçoit que ses parents et la société ne lui ont laissé que des valeurs matérielles. Rien d’autre. D’où son mal être.


Objectif Cinéma : L’histoire se déroule dans un milieu très fermé, celui de la jet set parisienne, des soirées branchées...

Sara Forestier : Ces personnages vivent dans une bulle, dans une micro société. Ils s’accrochent aux apparences, en espérant que ça les rendra heureux. Hell et Andréa (NDLR : son petit copain) vivent dans un rêve. Elle a tout pour bien vivre : une belle baraque, des fringues, des mecs, des sorties en boîte de nuit... Pourtant, elle n’est pas heureuse et éprouve un vide existentiel.