Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

CINEMATHEQUE INFERNALE #1
A propos de Va et regarde
d’Elem Klimov
Par Nicolas REYBOUBET

On est tous à la recherche du film qui ferait vibrer plus fort, aller plus loin, tenir plus longtemps. Remettre en cause sa cinéphilie, être au défi, trouver ce que l’on avait jamais vu et que l’on avait toujours espéré.



Quand j’entre dans un film c’est par désir de dépaysement du réel, désir d’anesthésie générale. Toujours, je souhaite le voyage plus surprenant, la magie plus forte, l’opération plus longue. A bas la catharsis ! A mort les chapelles ! Il s’agirait d’affirmer mon propre entendement du cinéma. Qu’est ce qu il m’importe à moi qu’ils aiment Kane et la psychanalyse, à ces choses là je n’y entrave que quick !

Samedi matin 11 heures. Je rentre dans une librairie. Inspecte les parutions récentes. Ca y est, ils sont là ! Une première secousse me prend. Nouveau numéro des Cahiers. Malgré une couverture aguicheuse et le rituel article sur Godard de début et de fin de magazine : Non ! Je ne me ferai pas avoir ce coup ci ! .. et si je regardais ce fameux article ? Mmm ? Mouais, ils s’arrangent toujours pour me sortir une photo que j’ai pas. M’en fou, je la photocopierai quelque part. .. Et là ? L’inénarrable : « État du cinéma- cinéma » .. brouillon politique ! Ca y est, ça r’commence, tremblotte, vais m’faire r’pérer. Mieux vaut ne pas se faire remarquer avec ça à la main : tant pis je l’embarque, ça restera entre moi et le vendeur.

Vieux réflexe d’endoctriné du bulbe.. 5 euros en l’air qui me permettront tout de même de voir ce qu’ « ils » ont fait de cette revue.

J’feuillette, j’feuillette, et c’est toujours la même histoire : les mecs ont laissé leur passion au vestiaire. Comment se fait-il qu’on y entend toujours parler des mêmes films avec le même baratin de thésards et d’universitaires ? Mmm ? Y’a plus un seul interview. Les voilà qui parlent à la place du cinéma. Es ce bien nécessaire ? Ou sont les films qui poutrent ? Les films étranges ?

J’vais vous l’dire moi : les films sont dans l’histoire.. Mmm ? .. ben on a pas du lire la même alors ! Il s’agirait donc d’aller voir là bas.. vers le vertige.. d’aller même y prendre goût. Y’a un fil qui traverse ces films, des films sur la corde raide, des films qui viennent pas du même monde, du même âge, des films, qui bousculent le cinéma.. Mmm ?.. Non, pas de façon radicale, de façon poétique. Ces films, ils sortent de l’ordinaire, pas de manière excentrique, pas originale jusqu’à l’absurde, mais d’une manière plutôt qui leur échappe : des films malades en quelque sorte.

2 heure du mat, Toulouse.

A cette heure- ci, le cinéma ne porte plus de théorie. Le monde s’étrangle, et la petite guitare des 400 coups me remonte mélancoliquement dans le crâne.

2 heure du mat, après avoir épuisé la triste émission libre court, qui n’en finit plus de nous livrer une France et un cinéma aseptisé, un ami et moi décidons de poursuivre ce voyage dans la nuit, tout au cœur de l’ivresse, là où l’alchimie nuit-sommeil-cinéma propose une singulière expérience, plus tout a fait terrestre.. Mon ami se propose de me faire découvrir un "film qui poutre". Il veut dire par là (vous excuserez la trivialité de son langage) un film dévastateur, portant en lui un monde prêt à nous faire oublier le notre... mais pas complètement...