Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 




The Wire nous fait pénétrer dans les cités où la drogue coule à flot, dans les docks qui sont la porte d’entrée utilisée par la mafia pour ses trafics, à l’intérieur de l’hôtel de ville où nous découvrons les intrigues politiques. La première saison s’ouvre sur le procès D’Angelo Barksdale qui est le neveu du caïd locale : Avon Barksdale. Ce dernier, avec son ami d’enfance Stringer Bell a réussi a s’emparé des meilleurs emplacements et gère une partie du trafic dans le Westside. Ce jour là au tribunal, Stringer Bell et quelques hommes sont venus soutenir Dee Angelo. Accusé -à juste titre- d’avoir commis un homicide, il sera finalement acquitté grâce à la peur que la seule présence des son clan inspire au témoin. Dans le quartier, tout le monde connaît le sort qui est réservé aux personnes qui témoignent contre eux : « Mon cousin Willy Gant a coopéré. Il est venu à downtown et a témoigné. Il est plus mort que Tupac aujourd’hui » affirme un jeune du quartier.

Jimmy Mc Nultty (Dominic West), enquêteur à la brigade criminelle de Baltimore, est présent lors du verdict. Encore une fois, il assiste impuissant à l’acquittement d’un des hommes de Barksdale. Cet échec lui rappelle plusieurs cas semblables. Accablé par les pressions exercées sur les témoins et les arrangements des avocats, Mc Nultty confie au juge Phellan ce qu’il sait sur le gang Barksdale. Décidé à combattre l’immobilisme Phellan fait pression par l’intermédiaire de la presse sur la mairie et le chef de la police. S’ensuit une agitation dans les sphères de la police. Mc Nultty rejoint alors un groupe, composé de quelques brillants éléments mais aussi de policiers qui étaient au placard, censé mettre hors d’état de nuire l’organisation criminelle des Barksdale. Pour la hiérarchie l’objectif est de calmer les foudres de la presse. Cette équipe devra mener à bien une enquête difficile mais elle devra aussi faire face aux pressions et aux manœuvres hiérarchiques, politiques et médiatiques...Seule l’impulsion et l’abnégation de ses membres permettent de convertir cette impasse en une véritable affaire.

The Wire
est construit sous un format original puisqu’elle réserve une saison entière de 12-13 épisodes à un même arc. Ce qui est rare lorsqu’on la compare à ce qui se fait dans les autres cop shows. Ce rythme étendu permet de fouiller les caractères des nombreux personnages. On suit le quotidien des trafiquants et des policiers.

Les gangsters de Baltimore sont dépeints avec un grand sens du détail. Ils sont décrits comme des hommes ordinaires mais aussi comme des tueurs brutaux sans états d’âmes lorsque les circonstances l’exigent. Il n’y a ni angélisme ni diabolisation dans le traitement de la délinquance. Ainsi, même Stringer Bell (superbement incarné par Idris Elba) clairvoyant manager du gang qui est un homme posé et réfléchi se révèle être aussi cynique et calculateur. Dans la saison 3, Stringer et Avon s’opposent sur la conception de la vente de drogue : obsession du territoire pour Avon contre qualité du produit vendu pour Stringer. Ce dernier applique les règles du marché à la vente de drogue (il suit d’ailleurs des cours d’économie). En suivant le quotidien des trafiquants, du simple soldat au lieutenant on découvre une explication saisissante de la vie de ces groupes organisés, dont les agissements sont intrinsèquement liés à la nature de la société. Little Melvin Williams qui fut l’un des caïds de Baltimore joue un homme d’église. Le personnage d’Avon Barskdale est inspiré de sa vie. Williams après 26 ans en prison appelle les jeunes à abandonner le trafic de stupéfiant et espère que le show a le même impact.

Cette radioscopie des pratiques sociales d’une certaine frange de la population nous montre le gang comme une entreprise strictement structurée et hiérarchisée. Le fonctionnement d’une organisation de trafic de drogue est assez similaire à celui d’une entreprise capitaliste ordinaire. Comme pour n’importe quel autre entreprise la guerre des gangs est aussi mauvaise pour les affaires « que lorsque Burger King et Mcdonald’s se font une guerre des prix pour conquérir des parts de marché  [1] ».La possibilité d’user de la violence pour arriver à ses fins en est l’unique variable. Pour autant, la violence est une conséquence de leurs statuts et agissements. La violence y est présente car ses personnages sont violents et cette pratique a des répercussions irrémédiables sur leur vie. The Wire illustre et dramatise le rêve américain, pour le gangster il s’agit de sortir de l’anonymat et de se faire un nom et l’irrémédiable tragédie est liée à l’isolement fatal qui suit cette réussite.