Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

MARIE-ANTOINETTE
de Sofia Coppola
Par Julien DUFOUR

SYNOPSIS : Evocation de la vie de la reine d’origine autrichienne, mal-aimée de Louis XVI, guillotinée en 1793. Au sortir de l’adolescence, une jeune fille découvre un monde hostile et codifié, un univers frivole où chacun observe et juge l’autre sans aménité. Mariée à un homme maladroit qui la délaisse, elle est rapidement lassée par les devoirs de représentation qu’on lui impose. Elle s’évade dans l’ivresse de la fête et les plaisirs des sens pour réinventer un monde à elle. Y a-t-il un prix à payer à chercher le bonheur que certains vous refusent ?



Point de vue

Incontestablement le film le plus attendu du Festival de Cannes et donc celui-là même le plus sujet à une éventuelle crucifixion sur place de la part des critiques de cinéma. On le sait, être en compétition officielle à Cannes c’est pas facile surtout quand on est la fille du papa qui a déjà remporté deux Palmes d’or par le passé. Le retour de bâton fait souvent très mal ! Alors qu’en est-il du nouveau film de Sofia Coppola ? Est-il à la hauteur des espérances ? Plutôt. La cinéaste américaine a en effet passé l’épreuve avec mention. Son Marie-Antoinette s’inscrit dans la lignée de ses précédents long-métrages, comme une suite directe des thèmes évoqués auparavant dans ses deux films. Virgin Suicides et Lost in Translation formaient une sorte de diptyque sur l’adolescence de jeunes filles pas toujours en phase avec le monde auquel elles étaient confrontées. Marie-Antoinette passe la seconde pour s’attacher à la vie d’une jeune fille entrant dans la vie adulte, avec toutes les nouvelles responsabilités que cela implique.

Ne nous attardons pas sur la pseudo-polémique qui entoure le film sur sa supposée exactitude des faits historiques relatés, sur le véracité des modes de vie de l’époque, etc. Marie-Antoinette n’est pas le premier à recevoir ce type de critiques, et il ne sera certainement pas le dernier. Toujours est-il que le film raconte bel et bien une histoire, celle de Marie-Antoinette, alors autrichienne qui va s’unir au futur roi de France Louis XVI. La vie de la jeune femme, alors aisé à Vienne, va tout bonnement devenir royale dans l’Hexagone, mais surtout étrange pour elle. D’emblée la culture royale française la choque. Par exemple chaque matin elle doit suivre un rituel très précis lors du réveil. Les repas obéissent aussi à des règles très strictes. Les barrières mises au comportement de la future reine l’indisposent. Elle ne se sent pas à l’aise dans ce monde trop quadrillé, soumis aux commandements inutiles et ridicules. La plupart de ses scènes font sourire tant l’on ressent chez Marie-Antoinette son malaise et son inaptitude à se conformer à cette nouvelle vie. Les codes et les rigidités ne faisaient pas partie de son quotidien. Dans ce contexte précis, cette femme n’en est pas encore une, elle n’est pas prête à grandir.