Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

VOLVER
de Pedro Almodovar
Par Nicolas VILLODRE

SYNOPSIS : Une jeune madrilène ne s’entend plus sexuellement avec son mari ; sa tante vient de mourir au village ; sa fille adolescente excite le désir de l’homme avant de commettre l’irréparable...



C’est pas le zéphyr,
N’aurait pu suffire,
C’est pas lui non plus
L’aquilon joufflu,
C’est pas pour autant
L’autan.
Non, mais c’est le plus fol
Et le plus magistral
De la bande à Eole,
En un mot : le mistral.
Il me la fit connaître,
Aussi, dorénavant,
Je ne mouds plus mon blé
Qu’à des moulins à vent.
(Brassens)

Quelques plans insolites de Volver montrent les moulins à vent contemporains que sont les éoliennes, géants blanchis à la chaux andalouse, dispositifs écologiques s’il en est. Quoiqu’on en dise, du simple point de vue esthétique, ces totems ont de la gueule. Ils sont cependant loin d’être non-polluants, leur vacarme pour le voisinage immédiat ayant quelque chose d’infernal, un peu comme les balayeuses motorisées qui, sur les trottoirs les plus touristiques de Paris (que fait la police ? que font les petits hommes Verts ?), de Manille, ou d’ailleurs, remplacent les simples, mais jugés pas assez chers ou chics, balais à main, en émettant quantité de décibels et de vapeurs de gazolle trouant le cul du ciel. Ces plans, et d’autres signes, comme la voiture rouge de l’héroïne, immatriculée à Tolède, permettent de situer une partie des séquences du côté de la Manche - celle de Cervantès, pas celle de Flaubert. Le reste du film dévoile l’« architecture » d’un no man’s land de briques rouges, une sorte de Madrid Année Zéro, le quartier populaire de Vallecas où, après la mise à sac franquiste de la capitale, se sont agglutinés au fil des années pauvres, des milliers de paysans issus notamment de l’aride plaine castillane.

Si, par hasard
Sur l’Pont des Arts
Tu croises le vent, le vent fripon
Prudenc’, prends garde à ton jupon
Si, par hasard
Sur l’Pont des Arts
Tu croises le vent, le vent maraud
Prudent, prends garde à ton chapeau
(Brassens)