Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

YASSINE ZERGA ET MICKAEL LOJO
Deux apprentis réalisateurs
Entretien réalisé
par Nadia MEFLAH

« ON N’A PAS CHOISI LE SUJET »

L’Allée sans détour fut réalisé dans le cadre d’une action Ciné-Ville, avec le centre social de la cité, et la collaboration de Périphérie Productions. Le sujet du film fut imposé aux jeunes gens. De ce cadre en jaillira modestement mais véritablement une expérience unique.

Ces deux jeunes hommes, encore pubères, au verbe timide, semblent partagés entre l’engoncement intrinsèque de cet âge, et la grâce de leur candeur qui n’en reste pas moins attentive au réel. Ils vivent dans cette cité et ils la vivent l’absurdité, qu’ils ont mis du temps à filmer.
Tous deux sont un peu impressionnés d’être l’objet de tant d’attention (une séance publique, un auditoire attentif et conquis, des applaudissements et cet entretien) pour ce qui leur semble être anodin, du reportage sans plus.

Alors que l’un commence à répondre, le camarade écoute attentif, complétant le dialogue des souvenirs qui reviennent (le tournage s’est déroulé il y a plus de 18 mois). C’est aussi pour eux le temps du bilan et la première confrontation publique loin de chez eux.



Yassine Zerga et Mickaël Lojo : On n’a pas choisi le sujet. On n’avait rien d’autre à faire que ça, alors autant y aller... Au moins, ça allait nous occuper. Nous avons fait ce film avec l’animateur du centre Lylian Raboit et un intervenant de Périphérie production. C’était en été 2004 et c’est loin pour nous...


Objectif cinéma : Comment ça s’est fait concrètement ? Comment avez-vous travaillé ?

Yassine Zerga et Mickaël Lojo : On a d’abord préparé les questions. Mais ce qui nous venait par la tête, on les posait aussi. On était tous les deux ensemble à prendre contact avec les gens. On a pris rendez-vous avec les habitants du quartier, ceux du bout du quartier qui vivent dans les maisons, et les gens de la municipalité.


Objectif cinéma : Pendant la préparation de vos questions, est-ce que vous pensiez déjà à ce que les spectateurs vont voir à l’écran ?

Yassine Zerga et Mickaël Lojo : La caméra était posée sur un pied et chacun son tour on posait des questions. Un reportage, c’était lui et un autre reportage c’était moi. Comme ça à chaque fois.


Objectif cinéma : Quand vous avez posé la caméra sur le pied, qu’est-ce qui se passait alors ? Vous parliez de l’angle de la caméra ? De ce que vous voulez filmer et montrer à l’image ?

Yassine Zerga et Mickaël Lojo : En fait, on arrive devant les gens et on les filme. Les plans se faisaient très vite, au moment où on allait poser les questions. On décidait sur les lieux, sans répétition.


Objectif cinéma : Vous avez filmé longtemps ?

Yassine Zerga et Mickaël Lojo : On a filmé environ deux heures. On avait seulement une semaine pour faire le film, cinq jours de 10h à 17h avec une pause le midi.