Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

DVD

PHIL MULLOY

La fin de l’innocence
Par Cécile GIRAUD

ED distribution poursuit son travail de promotion autour d’auteurs bizarres et irrévérencieux avec la sortie de deux DVD consacrés à Phil Mulloy : Intolérance - La trilogie, et Mondo Mulloy.



L’animation telle que la propose Phil Mulloy, est rudimentaire, loin de toute performance technique, pour laisser libre cours à l’imaginaire incontrôlable et scatologique du réalisateur. Ses personnages sont des figures noires, ombres primitives à grandes dents, évoluant dans des univers pas si loin du nôtre mais sans être tout à fait le même. Le monde de Phil Mulloy est emprunt d’ironie, voire de cynisme, où passé, présent et futur se télescopent pour mieux faire ressortir l’absurde situation dans laquelle l’homme évolue. Pourtant, les films de Phil Mulloy ne sont pas à proprement parler politiques. Pas de revendications sous l’humour noir, juste une observation festive de notre pauvre condition.

La problématique de Mulloy est simple : c’est celle de l’homme et de son environnement. Comment vivre dans un endroit donné, comment vivre avec l’autre, comment vivre sans Dieu ? Tous ses personnages sont en quête d’un espace à eux, qu’il s’agisse du cow-boy Slim ou des terriens à la recherche de la planète Zorg. Ironie du sort, ironie tout court, puisque tout est trompe-l’œil, et l’homme ne poursuit qu’une illusion.

Mulloy met en scène des individus qui n’ont pas d’identité propre. Sans visage, ils pourraient être interchangeable, comme dans Le dixième commandement, tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, dans lequel une femme ne fait pas la différence entre son mari et un chien savant.

Mulloy transgresse toutes les règles. Il joue avec celles du cinéma, s’appropriant (et parodiant) western, films de science-fiction, se raillant d’un autre genre d’animation avec Walt Disney, joue avec le temps, l’espace, mais aussi le corps. L’apparence primitive de ses personnages lui permet toutes les fantaisies. Car, s’il peut transformer un chien en homme et un homme en chien, il peut aussi inverser tête et sexe, puis recomposer le corps tout entier. Des pénis géants poussent entre les jambes des premiers hommes dans L’Histoire du monde, et les artistes corporels de Intolérance défient toutes les lois de la physique (le plus grand artiste corporel n’est qu’une tête).