Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

D.R.
LIVRE

VISIONS OF ENGLAND : CLASS AND CULTURE IN CONTEMPORARY CINEMA

Par Paul Dave
Par Thierry ATTARD
Remerciements spéciaux
à Veruschka SELBACH,
Jo FREER et Xavier VARAILLON

SYNOPSIS : Paul Dave, Maître de conférences en cinéma à l’Université de Londres Est, analyse la relation entre ce qui fait la notion d’« Anglitude » et le cinéma britannique contemporain, à travers le prisme du cœur de cette notion et de la culture britannique en particulier : le concept de Classe.

....................................................................


« Pour être brutal [...] il [y a] une certaine incompatibilité entre les termes « cinéma » et « Angleterre »... » (François Truffaut, cité par Roy Armes dans A Critical History of the British Cinema)

« La lutte des classes est terminée et nous l’avons gagnée. » (Harold Macmillan, Premier Ministre britannique, 1959)

MASTER CLASS

Le cinéma est à la fois une industrie et un art, mais c’est également le reflet des sociétés, des Histoires, et des cultures dont les films sont issus. Et un des premiers (et nombreux) mérites du livre de Paul Dave est de nous rappeler - malgré la déclaration provocatrice de François Truffaut - que l’industrie du cinéma britannique n’est pas seulement un réservoir de talents techniques et artistiques à des productions américaines délocalisées comme Harry Potter et l’excellent Basic Instinct 2 (film qui utilise de fascinante manière ses exterieurs londoniens), ou « une poignée de gens à Londres qui ne peuvent pas obtenir de Carte Verte » (Alan Parker, Will Write and Direct for Food, Page 85).

Mais l’élément le plus intellectuellement attractif de Visions of England est la pierre angulaire du livre : la notion de Classe comme composante essentielle de la culture anglaise, reflètée comme dans un miroir par le cinéma britannique contemporain.

« L’enchantement de l’Anglitude consiste en la dissociation de la notion de classe et de la lutte des classes ou, ce qui revient au même, de la notion de classe et du capitalisme. » (Paul Dave, Visions of England, Préface)

D.R.Suivant brillamment les pas illustres de Eileen Meiksins Wood et Andrew Higson avec une synthèse originale entre la sociologie et l’étude du Cinéma, Paul Dave explore une période vaste de l’Histoire de l’industrie cinématographique britannique, depuis les films de « Patrimoine » de l’ère Thatcher-Major jusqu’à des films plus expérimentaux (par exemple, London Orbital - 2002), sans oublier les « Contes de fée » comme Coup de foudre à Notting Hill (1999), ou encore des monuments tels que Trainspotting (1996).

« Les historiens du cinéma s’accordent sur le fait qu’entre les années 1940 et les années 1980 survint une dislocation de l’unité de la communauté nationale telle que représentée dans les films tournés durant la guerre. » (Paul Dave, Visions of England, Page 10)