Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 




Vertiges des seuils

Comment ça marche cette machine à leurre ? Qu’est-ce que le cinéma peut pour ça ? C’est quoi de filmer une scène surtout lorsqu’elle naît des fantasmes d’un metteur en scène hétérosexuel ? Jusqu’où je peux aller sans me brûler les doigts ? Qu’y a -t-il derrière la porte ? Comment ne pas filmer ça lorsque l’on est cinéaste ? Autant de questions placées sous le double sceau de la transgression et de sa nécessaire rédemption.

Avec application, François va vivre toutes ces étapes. Têtu, naïf, inconscient, obsédé, méticuleux, patient, doux, aveugle, il va vouloir palper et malaxer le réel pour le transformer en quelque choses qui s’approcherait au plus près de son rêve. Avec comme corollaire le retour du refoulé, l’effet boomerang qu’il recevra en pleine figure.

Ce vertige du créateur, mit face à ce qu’il met en branle, semble devenir le point ultime de bascule qui innerve tout le film. On ne sait pas qui, ou quoi, mais on devine et pressent ce basculement « fatal » suspendu à notre perception.


L’heure est arrivée

Le parcours initiatique du héros (auquel Brisseau donne sa voix pour le off), de son émerveillement absolu (le sublime n’est pas tant ces corps féminins qui s’interpénètrent que le reflet de son émoi dans son regard) à sa chute finale, de son obstination à sa reddition font de ce film un testament, à la manière de Cocteau qui jeta Orphée en enfer pour avoir osé aimer par delà la Loi. Brisseau comme Cocteau partage ce goût aigu pour l’illusion sans duperie, cet amour de l’artifice au nom du vrai, son savoir-faire artisanal et touche à tout qui impose une esthétique reconnaissable au premier coup d’œil. Il a rassemblé et condensé avec ses anges exterminateurs tout ce qui a travaillé son art depuis les années 70. Confiner son récit entre des portes, (cet entre-deux ô combien érotique, boudoir de tous les possibles...) dans ce qui semble être un studio de cinéma à plein temps rend compte à la fois du rétrécissement du monde tout comme de son déploiement vertigineux. La boite de pandore n’a plus qu’à s’ouvrir... Revoir François Negret l’adolescent de De bruit et de fureur en flic mafieux prêt à tout pour défendre sa femme devant les désirs du cinéaste, tout comme Rapahële Godin, la gamine amoureuse des Savates du Bon Dieu, devenue ex-junkie au regard de spectre rend compte de l’absolu dénuement dans laquelle semble vivre Brisseau. Le roi est nu.