Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

ELLIE PARKER
de Scott Coffey
Par Jérémy CHATEAU

SYNOPSIS : Ellie Parker est une jeune actrice australienne installée à Los Angeles, qui d’auditions en méthodes d’apprentissage assume énergiquement sa passion. Mais la médiocrité de sa vie privée et l’absence de propositions concrètes entament peu à peu la ferveur de cette comédienne fantasque.



Sans que cela soit forcément péjoratif, on peut dire que le premier long-métrage du comédien Scott Coffey ne s’intéresse à rien, sinon à Naomi Watts. L’actrice est de toutes les scènes, sous toutes les coutures, avec ou sans maquillage, affichant un besoin presque animal de convaincre la caméra, fût-ce au prix des pires digressions physiques. On ne s’étonne d’ailleurs pas de voir la comédienne également créditée à la production, activité qu’elle mène aujourd’hui avec le même zèle que celui qui l’anime devant les caméras.

Filmé exclusivement en DV, issu d’un court-métrage du même nom, Ellie Parker fut manifestement tourné dans le sillage de Mulholland Drive. Le synopsis et la proximité du cadre (Los Angeles versant Hollywood), comme le casting excessivement connoté (Gaye Pope, Jennifer Syme, Mark Pellegrino ou encore Coffey lui-même), évoquent en effet de si près l’univers de David Lynch que l’on pourrait dans un excès d’ingratitude voir en Ellie Parker un bonus qui alimenterait une future édition de Mulholland Drive.

Pourtant, nulle trace de forces obscures à l’œuvre dans Ellie Parker, même si tout commence comme dans un épisode du film de Lynch, au cours d’une audition face à un petit comité de professionnels. A travers sa prestation d’écorchée vive en proie aux transports les plus stéréotypés, Naomi Watts singularise véritablement la scène, de façon assez comique. Sitôt passés les remerciements d’usage, on suit son personnage jusqu’à un second casting. Le rôle, celui d’une prostituée de téléfilm outrageusement vulgaire, dans tous les sens du terme, est de toute évidence moins reluisant, mais elle parvient à l’incarner avec la même ferveur. En somme, chacune de ses performances est accueillie la bouche en cœur par des producteurs et des agents sous le charme.