Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

IL ETAIT UNE FOIS WALT DISNEY
Une exposition d’art
Par Cécile GIRAUD

Le Grand Palais consacre, jusqu’au 15 janvier 2007, une exposition aux inspirations et à la création des films produits par Walt Disney, de Mickey au Livre de la Jungle.



Disney au musée ? C’est par cette question étonnée moins qu’étonnante que s’ouvre le très beau catalogue de l’exposition consacrée à Walt Disney au Grand Palais. La bonne question serait plutôt Disney au Grand Palais ? On imaginait plutôt ça à la Cinémathèque... Mais peut-être les dessins animés du plus grand studio de l’histoire du cinéma d’animation sont-ils encore trop populaires. Pourtant, le Grand Palais a su composer avec ce fameux populaire pour l’emmener vers la réflexion créatrice qu’était celle de Walt Disney, lui qui avait peur d’être pris pour un intellectuel.

L’affiche de l’exposition comme le catalogue présentent Blanche Neige penchée sur le puis, quelques colombes autour d’elle. Le premier long-métrage des studios Disney est élevé au rang de symbole. Pourtant, à y regarder de plus près, on remarque les ombres grossières, l’étrangeté des contours. Il ne s’agit pas d’une image du film proprement dit, mais d’un décor de production. L’image nous invite à la fois à repenser aux émotions qu’a pu nous procurer le film, mais aussi à s’y pencher, à en découvrir les fondements. C’est à peu près ce que propose l’exposition, retracer les films produits par Walt Disney lui-même, entre 1937 (Blanche Neige) et 1967 (Le livre de la jungle, sorti quelque mois après la mort de Walt). On y trouvera également le fameux personnage de Mickey, le film jamais tourné avec Salvador Dali, et quelques œuvres d’artistes contemporains inspirées par Disney (à deux pas de Grand Palais se finissait d’ailleurs chez Artcurial une exposition intitulée « Mickey dans tout ses états »).

On savait que les films Disney, des premiers jusqu’aux plus récents (on devrait dire aux derniers puisque les studio ne produiront plus de films en 2D) s’inspiraient largement de films live (Le voleur de Bagdad pour Aladdin en est un exemple criant), mais l’on découvre que les liens entre les films Disney et les autres arts est bien plus conséquent qu’on ne le pensait. Lors d’un voyage en Europe, Walt et sa famille achetèrent 350 ouvrages d’arts qui constituèrent la bibliothèque du Studio, dans laquelle les illustrateurs embauchés par Disney pouvaient puiser leur inspiration. Grimshaw, Riemerschmid, Grasset, Landseer...