Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

LIVRE

L’ACTEUR
AU XXe SIECLE

d’Odette Aslan
Par Nicolas VILLODRE

A PROPOS : L’acteur est passé par bien des écoles au cours du XXe siècle, de la déclamation au naturalisme, de l’expression des émotions à la distanciation...



Il s’agit d’une réédition, updatée, remaniée et étoffée (le volume actuel, assez copieux, fait 492 pages), de l’ouvrage qu’Odette Aslan publia il y a une trentaine d’années, en 1974, plus exactement, chez Seghers, qui est épuisé depuis belle lurette. Le titre du livre est, comme peut l’être l’essence de l’art dramatique, trompeur, puisque l’auteur, au lieu de traiter le sujet annoncé (L’ACTEUR), y décrit plutôt ses à-côtés, en délimite la superstructure, en énumère à la fois savamment et sagement (= chronologiquement) les idées, illuminations, théories, pratiques, écoles et méthodes d’enseignement qui se sont succédé, parfois chevauché, au 20e siècle (nous sommes passés depuis plusieurs années déjà au 21e siècle et personne ne semble s’en être rendu compte ; mais, après tout, la question n’est pas là) ainsi que l’infrastructure (la déco que, depuis Jacques Polieri, il est convenu d’appeler scénographie), bref l’art et l’aire du jeu.

La mise à jour du livre de 1974 a surtout consisté à tenir (et rendre) compte des expériences théâtrales du Living Theatre, de Bob Wilson, de Peter Brook, de Grotowski et de son disciple Eugenio Barba que l’auteur monte en épingle, survend (il est cité au moins une trentaine de fois, trois fois plus que Robert Wilson ou Antoine, presque autant que Molière et Shakespeare réunis), de Peter Sellars, etc., le territoire exploré se réduisant, qu’on le veuille ou non (malgré quelques escapades), à la portion congrue de l’hexagone. Pour des raisons mystérieuses, subjectives, obscures, incompréhensibles, voire partisanes (des options, disons esthétiques et non nécessairement politiques), l’auteur écarte d’emblée les « types de jeu qui pourraient faire l’objet d’autres recherches (vaudeville ou théâtre de boulevard » (p. 18), alors que c’était le moment ou JAMAIS d’en parler (on ne voit pas qui d’autre pourrait sérieusement s’en charger).

Ainsi, les comédiens du théâtre commercial, du cinéma et de la télévision qui ont pourtant, nous semble-t-il, marqué leur époque, dont nous donnons ci-après quelques exemples, n’ont pas droit de cité ou de citation : Isabelle Adjani, Andrex, Annabella, Françoise Arnoul, Michel Auclair, Jean-Pierre Aumont, Brigitte Bardot, Marie Bell, Jules Berry, Julien Bertheau, Jacqueline Bisset, Pierre Blanchar, Bernard Blier, Bourvil, Klaus Maria Brandauer, Jean-Claude Brialy, Anne Brochet, Louise Brooks, Marcel Bozzuffi, Raymond Bussières, Carette, Jean Carmet, Martine Carol, Leslie Caron, Ingrid Caven, Geneviève Casile, Pierre Clémenti, Nicole Courcel, Darry Cowl, Alain Cuny, Marcel Dalio, Claude Dauphin, Suzy Delair, Alain Delon, Paulette Dubost, Michel Duchaussoy, Sophie Duez, Jean Dujardin, Maurice Escande, Pierre Etaix, Saturnin Fabre, André Falcon, Rainer Werner Fassbinder, Fernandel, Suzanne Flon, Marina Foix, Yolande Folliot, Paul Frankeur, Sami Frey, Louis de Funès, Suzanne Gabriello, Daniel Gélin, Véronique Genest, Annie Girardot, Julien Guiomar, Daniel Ivernel, Marthe Keller, Klaus Kinski, Régis Laspalès, Jean-Pierre Léaud, Fernand Ledoux, Pascal Légitimus, Christian Le Guillochet, Fabrice Luchini, Judith Magre, François Maistre, Jean-Pierre Marielle, Claude Melki, Bernard Menez, Paul Meurisse, Gaston Modot, Sylvia Monfort, Marilyn Monroe, Gaby Morlay, Kim Novak, Marc’O, Bulle Ogier, Jean Parédès, Francis Perrin, Claude Piéplu, Guy Piérauld, Benoît Poolevorde, Paul Préboist, Albert Préjean, Daniel Prévost, Jean-Marie Proslier, Bruno Putzulu, Ene Rämmeld, Luis Rego, Renaud, Claude Rich, Jean Richard, Madeleine Robinson, Jean Rochefort, Viviane Romance, Maurice Ronet, Noël Roquevert, Jean-Paul Rouve, Catherine Rouvel, Dominique Sanda, Dany Saval, Jérôme Savary, Hanna Schygulla, Jean Seberg, Michel Serrault, Jean Servais, Elisa Servier, Delphine Seyrig, Michel Simon, Erich von Stroheim, Barbara Sukowa, Horst Tappert, Laurent Terzieff, Jean-Marc Thibault, Jean Tissier, Jacques Toja, Jean-Louis Trintignant, Marina Vlady, David Warrilaw, Raquel Welch, pour ne mentionner que ceux qui nous viennent à l’esprit.