Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

D.R.
PHILIPPE OGOUZ
Comédien
Metteur en scène
Président de l’ADAMI
Entretien réalisé
par Thierry ATTARD

Qu’il soit Rouletabille, qu’il soit la voix française de Martin Sheen ou celle de Patrick Duffy, ou bien qu’il soit sur scène, Philippe Ogouz a toujours su toucher ou séduire le public. Sa pièce La rafle du Vel d’hiv, adaptée des écrits de Maurice Rajsfus, mise en scène et interprétée par lui-même, demeurera comme l’œuvre essentielle de sa longue carrière théâtrale. Cet artiste au service des artistes à la tête de l’ADAMI nous accorde un entretien.



La Gazette du doublage : Philippe Ogouz, merci d’avoir accepté cette interview. Comment êtes vous devenu comédien ?

Philippe Ogouz : Depuis ma plus tendre enfance j’ai toujours voulu devenir acteur comme d’autres, lorsqu’ils sont petits, rêvent de devenir conducteurs de locomotive.


D.R.La Gazette du doublage : Vous avez appris votre métier au Conservatoire d’Art Dramatique et au Centre d’Art Dramatique de la Rue Blanche. Quels étaient vos condisciples et enseignants ?

Philippe Ogouz : Mes enseignants au centre de la rue Blanche étaient Berthe Bovy, Teddy Billis et Robert Manuel et au Conservatoire national d’art dramatique, Georges Chamarat.

Mes condisciples étaient Françoise Dorléac, Jacques Perrin, Geneviève Casile, Perrette Pradier, Simon Heine, Bernard Murat (entre autres).


La Gazette du doublage : A peine terminée votre formation vous décrochez vos premiers rôles. La télévision vous ouvre ses portes et en 1960 vous êtes Charles-Auguste Beauvallet dans Bastoche et Charles-Auguste (sous la direction de Bernard Hecht), personnage que vous reprenez deux ans après dans le feuilleton La belle et son fantôme.

Philippe Ogouz : J’ai gardé un souvenir magnifique des deux tournages des feuilletons de Bernard Hecht. C’était un auteur et un réalisateur plein de qualités. Ca m’a permis de devenir populaire à la télévision.


D.R.La Gazette du doublage : On ne peut pas aborder votre remarquable début de carrière à la télévision sans parler de Rouletabille (1966). Dans ce feuilleton vous incarnez le célèbre personnage créé par Gaston Leroux. Comment avez-vous décroché ce rôle ?

Philippe Ogouz : J’ai acheté les droits du personnage à Gaston Leroux fils, qui est devenu mon ami. Je me suis associé avec Michel-Jean Canello, qui était à l’époque le président de Telfrance.