Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

DVD

EPIDEMIC

de Lars von Trier
Par Guillaume SERRES

SYNOPSIS : Lars (von Trier) et Niels (Vørsel) viennent de perdre leur scénario, effacé de l’ordinateur. Il décident d’écrire Epidemic, une histoire de maladie propagée sur la planète. Parallèlement, l’histoire du film lui-même, celle d’un médecin qui finira par répandre cette épidémie...



MISE EN ABYME

« La scène qui suit est vraiment très étrange » constatent en s’esclaffant Lars von Trier et Niels Vørsel au début du commentaire audio de cette édition DVD. Ne se souvenant plus si ce second long métrage du cinéaste danois a été tourné dans l’ordre, se remémorant ce qui leur coûta le plus cher, à savoir le terme « Epidemic » inscrit en rouge en haut à gauche de l’image pendant la quasi-totalité du film... Le réalisateur et le scénariste redécouvrent un film qu’ils n’ont pas vu, de leur propre aveu, depuis longtemps. Mais surtout, ils s’en moquent : « C’est tiré par les cheveux », « Je comprends pourquoi le film n’a pas eu un succès commercial ». On réalise vite qu’ils ne peuvent fournir, comme ils le soulignent d’ailleurs, que des souvenirs sur la fabrication de l’œuvre - coût d’un million de couronnes, scènes fictives tournées en 35 mm - et non sur l’histoire racontée. Ou plutôt les histoires.

La confusion entre celles-ci est entretenue par l’amateurisme, certainement volontaire, de la mise en scène. Lars et Niels, devant la caméra, ont un sourire permanent, malgré la perte de leur script. Ils boivent du vin tout en se renseignant sur les différentes pestes qui ont ravagé les vignobles français, peignent sur un mur une bande chronologique, partent à Cologne interroger l’Allemand Udo Kier, dans un hôtel en fait situé à Copenhague. La langue de Kierkegaard alterne très vite avec celle de Shakespeare, dans les scènes de fiction, dans la conversation avec Kier, dans les discussions entre Lars et Niels du film - en danois - et du commentaire audio - en anglais. Bien que réalisé avec un budget de film de chambre, Epidemic semble aussi européen qu’une menace virale est internationale.