Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

FAST FOOD NATION
de Richard Linklater
Par Frédéric FOUBERT

SYNOPSIS : Don Henderson a un vrai problème. Il est responsable marketing de la chaîne des Mickey’s Fast Food Restaurants, et de la viande contaminée a été découverte dans les stocks de steaks surgelés du fameux Big One, le hamburger vedette de la marque. Quittant ses confortables bureaux de Californie du Sud, il va découvrir les abattoirs et leurs employés immigrés, les élevages surpeuplés et les centres commerciaux de l’Amérique profonde et que ce sont les consommateurs qui se font bouffer par l’industrie du fast food et non l’inverse !



Qui est vraiment Richard Linklater ? L’étonnante diversité de sa filmographie pléthorique (pour mémoire : Before Sunset, Rock Academy, la récente et bonne surprise A Scanner Darkly) nous pousserait presque à le décrire comme un réalisateur éclectique, touche-à-tout, curieux de nature, limite schizophrène. Pourtant, la vérité du bonhomme est sans doute inscrite dans le titre de son premier film-manifeste : c’est un slacker (en argot US : glandeur, branleur). Le type cool au fond de la classe, donnant une impression de dispersion anarchique, mais qui finit toujours par avoir la moyenne, à l’aide de copies mal fichues mais inventives. En mai dernier, Linklater a même eu les honneurs d’ordinaire réservés aux premiers de la classe en venant concourir en sélection officielle du festival de Cannes. Fayot, va !

Fast Food Nation ne méritait sans doute pas de se mesurer ainsi aux pointures du cinéma mondial. Adapté du best-seller de Eric Schlosser (journaliste à Rolling Stone), le film se présente comme une dissection de l’industrie américaine de la malbouffe, depuis l’usine d’abattage de bœufs jusqu’à l’assiette du consommateur. Ressemblant à une version light de Traffic, il reprend à son compte l’idée de circulation, entremêlant plusieurs histoires visant à dresser un tableau complet des conséquences humaines, économiques, politiques et sanitaires de la question. Mais là où le film de Soderbergh (malgré son côté pensum) parvenait à relier avec brio les maillons d’une chaîne, Fast Food Nation empile les séquences sans fluidité, le montage parallèle ne faisant que renvoyer dos à dos les différentes vignettes. Au menu, donc : un cadre marketing de chez Mickey’s (le McDo du coin) chargé d’enquêter sur une usine à l’hygiène douteuse ; des immigrés mexicains clandestins embauchés dans cette même usine ; une employée adolescente s’éveillant au militantisme politique. Sans fil conducteur réel, le film est une addition décousue de saynètes plus ou moins réussies, où de nombreuses stars (Bruce Willis, Kris Kristofferson, Avril Lavigne) passent faire leur numéro.