Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 




Jean-Baptiste Thoret : Est-ce qu’il y a des modifications que tu as apporté à l’histoire originale ?

Dario Argento :
Oui. Beaucoup. Des modifications grandes ou petites. Lors de la préparation du tournage à Los Angeles, je changeais quelque chose tous les jours. On mettait une page de couleur différente pour les modifications. Et puis ils m’ont dit qu’ils n’avaient plus de couleurs... Alors on a cherché de nouvelles couleurs (rires du public). je changeais encore et encore. Pour raconter les choses que je voulais raconter. J’ai exacerbé l’aspect sexuel, et encore plus le cannibalisme seulement évoqué dans la bande dessinée (rires du public).


Jean-Baptiste Thoret : La chaîne Showtime t’a demandé des coupes pour Jenifer . Notamment des scènes de cannibalisme gore. Une séquence a été écourtée.

Dario Argento :
Oui. J’avais tourné des petites scènes... (rires du public). Non... Ca n’avait rien à voir avec la censure que j’ai eu à subir. Aujourd’hui je suis habitué. Ca me fait rire. Ils ont coupé de très petites scènes. Une scène de fellation. C’était bien... je voyais la bouche terrible de Jenifer, avec ses dents en couleurs, et son membre à lui. Des dents jaunes. Une scène vraiment choquante, mais très belle (rires du public). Et puis la scène finale où elle mange le pénis d’un garçon (rires du public). Je n’ai rien coupé d’autre.


Jean-Baptiste Thoret : Peux-tu nous parler des inspirations pour le personnage de Jenifer ? Comment tu la définirais ? Elle est à la fois monstre, sauvage, femme fatale, lolita, starlette de films porno ? Tout ça en même temps. Et d’où vient-elle pour toi ?

Dario Argento :
Pour moi, elle vient d’un autre monde. Pas de notre univers. Elle est arrivé ici sans qu’on sache pourquoi, ni quand. C’est mystérieux. C’est un peu la « belle » et la « bête » dans le même personnage. Elle est « belle » et « bête ». Nous en avons beaucoup parlé avec Carrie Anne Fleming l’actrice qui interprète Jenifer. Je voulais quelqu’un qui comprenne Jenifer ; Une fille prête à aller jusqu’au bout, jusqu’à l’humiliation. J’ai vu plusieurs filles venus des USA et du Canada. Carrie Anne m’a impressionné. Je lui ai dit... Il y a une scène où tu manges un chat vivant.... Comment tu fais pour manger un chat ? J’avais un petit oreiller. Elle a pris l’oreiller et... (il fait mine de déchirer un oreiller imaginaire, comme un chat dévore sa proie)... Elle était magnifique (rires du public).


Jean-Baptiste Thoret : Tu viens de dire c’est la « belle » et la « bête » en même temps. Tout le problème des films qui ont traité de personnages doubles vient qu’on filme l’un et l’autre successivement. C’est assez facile d’un point de vue de la mise en scène. Un plan, normal, dans le plan suivant un monstre. Jenifer, elle, est à la fois monstrueuse et humaine dans le même plan. C’est un casse tête pour un cinéaste. Comment as-tu abordé le problème ?

Dario Argento :
Jenifer a un corps vraiment magnifique. Après cinq minutes, on oublie le visage monstrueux. Tout le monde tombe amoureux d’elle. Elle est trop belle, et trop passionnée. Il y a peu de gens -hommes ou femmes- passionnés. Elle a une sorte de force érotique, une passion animale. Les animaux sont passionnés, mais pas comme elle. Elle, c’est un extra-terrestre.