Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 




Il est difficile d’imaginer qui d’autre que Ginger Rogers (1911-1995) aurait pu apporter tant de fraîcheur à Polly Parrish. Après avoir été la partenaire de Fred Astaire (1899-1998) dans neuf comédies musicales produites par la RKO, l’actrice entreprit de diversifier sa palette de rôles en rompant cette association fameuse. Dans le registre de la comédie, Bachelor Mother fut ainsi le premier succès de la nouvelle phase de sa carrière, tandis que le drame Kitty Foyle : The Natural History of a Woman (Sam Wood, 1940) lui permit d’obtenir l’Oscar de la meilleure actrice en 1941. David Niven (1910-1983) incarne quant à lui David Merlin, homme sympathique mais perdant facilement pied. Le succès du film contribua à sa popularité, et la suite de son parcours témoigna de son talent à être aussi crédible quel que soit le ton du récit : comique ou sérieux. Comme Ginger Rogers, il reçut un Oscar pour un rôle dramatique, dans Separate Tables / Tables Séparées (Delbert Mann, 1958). Les cinéphiles reconnaîtront sûrement qui interprète le père de David Merlin, ravi de se découvrir un petit-fils. Il s’agit de Charles Coburn (1877-1961), le vieux patron saisi d’une nouvelle vigueur, qui courait après sa secrétaire Marilyn Monroe (1926-1962) en lui aspergeant les fesses avec un siphon, dans Monkey Business / Chérie je me sens rajeunir (Howard Hawks, 1952) ! Une comédie où Ginger Rogers se révélait d’ailleurs assez crispante en femme d’une quarantaine d’année, se retrouvant avec la mentalité d’une adolescente insupportable, après avoir ingurgité une potion rajeunissante.

Il faut reconnaître qu’en tant que réalisateur, Garson Kanin n’est pas Howard Hawks (1896-1977), Frank Capra (1897-1991), ou tout autre maître de la screwball comedy, typique des années Trente. Si la mise en scène de Bachelor Mother est assez statique, et bien que l’on reste un peu frustré par la brièveté du film, le réel charme de l’ensemble en rachète aisément les défauts. Le couple formé par Rogers et Niven est charmant, la distinction et la réserve toute britanniques de Niven contrastant avec le côté plus décontracté de l’américaine Ginger Rogers. Plusieurs scènes peuvent se revoir en provoquant le même sourire. Citons notamment le passage où David explique péremptoirement à Polly comment nourrir le bébé, en s’appuyant sur de curieux conseils tirés d’un ouvrage. Il y a aussi la tentative de David de faire remplacer dans son propre magasin, un canard mécanique défectueux, en se faisant passer pour un client ordinaire. Dans les deux exemples, David est sûr d’avoir raison, mais doit déchanter, sous l’œil goguenard de Polly plus finaude que lui. En revanche, le meilleur moment vient lorsque la connivence s’installe entre eux, au cours d’une fête de Noël. Polly est intimidée à l’idée de rencontrer les amis de David, issus d’une classe huppée. David a alors l’idée de la faire passer pour une jeune Suédoise ne parlant pas un mot d’anglais, chacun se met à s’adresser à l’autre en utilisant des mots imaginaires censés passer pour du suédois auprès des autres invités !


Image et son

Le DVD propose une image noir et blanc assez médiocre. Parfois les visages sont légèrement flous, tandis que des points blancs et des traces d’usures se font malheureusement remarquer. Le son de la version originale ne présente pas de défauts notables, en revanche, celui de la version française se caractérise par un souffle constant. Dans cette version française d’époque, Mony Dalmès (1914-2006) double Ginger Rogers, ce qui s’avère un choix plutôt heureux. En matière de doublage, Mony Dalmès a aussi prêté sa voix à Olivia de Havilland dans The Adventues of Robin Hood / Les Aventures de Robin des Bois (Michael Curtiz et William Keighley, 1938) et à Marilyn Monroe dans How To Marry a Millionnaire / Comment épouser un Millionnaire (Jean Negulesco, 1953) et Gentlemen Prefer Blondes / Les Hommes préfèrent les Blondes (Howard Hawks, 1953). Alors qu’il n’était encore qu’un enfant, René Dary (1905-1974) avait joué le personnage de Bébé dans une soixantaine de courts-métrages, entre 1910 et 1913. Pourtant, il ne double pas le nourrisson de Bachelor Mother , mais David Niven !