Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

PIP CHODOROV
Co-fondateur
de The Film Gallery
Paris
Par Sébastien RONCERAY

La Film Gallery est une galerie atypique dont la volonté est de prendre en charge la représentation du cinéma expérimental dans les milieux dédiés à l’art contemporain. Créée en 2005 par Pip Chodorov, Marie Sochor et Claire Salvi (avec l’aide de Jackie Reynal), cette structure a pour volonté de présenter des œuvres d’artistes du cinéma expérimental, pour faire connaître ce cinéma dans les lieux dédiés aux arts plastiques. Au travers de cet entretien, Pip Chodorov revient sur les motivations qui l’ont poussé à créer cette galerie, et dresse un bilan sur la première année d’activité de la Film Galery.


Pip Chodorov est né à New York en 1965. Cinéaste et compositeur de musique, il a étudié la science cognitive à New York, et la sémiologie du cinéma à l’Université de Paris III. Il a travaillé dans la distribution de films, à Orion Classics, NY, à UGC-DA, Paris, et à Light Cone, Paris. Il est aussi cofondateur de L’Abominable, laboratoire coopératif et artisanal pour le développement et tirage de films à Paris. Il a également crée la SARL Light Cone Vidéo en 1994, devenu Re:Voir en 1998, pour l’édition de cassettes vidéo de films expérimentaux historiques et contemporains, ainsi que The Film Gallery en 2005.

Ses films, qui varient de l’animation - et notamment l’animation des photographies - au journal filmé, se caractérisent par une certaine joie de vivre ou sens de l’humour, couplé avec l’idée d’éveil de la conscience de soi, plutôt que par des soucis structurels, lyriques ou de l’imaginaire. Quelques titres : Scritch Scratch, 1971 ; Le Photographe, 1990 ; End Memory, 1995 ; Imaginary Friend, 1998 ; Charlemagne 2 - Piltzer, 2002 ; et de nombreux documentaires et portraits de cinéastes, 2000-2006.

Sur Piltzer, Jennifer Verraes (in Trafic n°49, printemps 2004) écrit : “ Pip Chodorov semble avoir fait le choix de l’inséparation, de l’indivision, sensible à la qualité de rayonnement de la lumière, à sa nature ondulatoire et continue par où elle rejoint la musique. ”



Objectif Cinéma : La Film Gallery est une galerie initiée il y a un an dans le sillage des activités des éditions Re:Voir vidéo. Dans quelle mesure il y a eu un basculement entre l’édition de films en vidéo et l’envie de créer une galerie dédiée au cinéma ?

Pip Chodorov : Pour moi, ce n’est pas vraiment un basculement, ce projet répond à un besoin. Au moment où on a commencé les éditions en créant Re:Voir (1), je travaillais chez Light Cone (2), et on demandait souvent des cassettes des films aux cinéastes pour nos archives et les consultations. La personne qui s’occupait des films de Maya Deren (3) a dit qu’elle trouverait intéressant de distribuer en plus des copies films des vidéos des œuvres de Maya Deren. Comme il y avait une demande qui naissait à ce sujet, nous avons senti que ce travail d’édition en vidéo de films expérimentaux allait devenir quelque chose d’important.

Par rapport à la naissance de la Film Gallery, je me souviens être allé à la FIAC, il y a deux ans, en tant que visiteur, j’y ai vu plein d’œuvres vidéo, pleins d’écrans, mais pas de cinéma, ce que j’ai trouvé vraiment dommage. Si les artistes qui font de l’image en mouvement sont à la FIAC, s’ils se vendent et si cela marche bien pour eux, alors nous, on est assis sur une mine d’or, parce que nous pouvons montrer tous les plus grands à la FIAC : Paul Sharits (4), Michael Snow (5), Stan Brakhage*(6), Jonas Mekas (7)... À ce moment, ce n’était que l’envie d’avoir un petit stand tout blanc, vide, juste de quoi projeter les films en pellicule et les montrer aux visiteurs et aux galeristes de la FIAC.