Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

DVD

LUCIO FULCI

Frayeurs et L’au-delà
Par Stéphane KAHN

SYNOPSIS - L’Au-delà : La jeune Lisa hérite d’un ancien hôtel. Alors qu’elle commence à rénover ce dernier en vue de le réouvrir au public, d’étranges autant qu’atroces évènements surviennent, dont la mort d’un des peintres et d’un plombier... La jeune femme ne tardera pas à découvrir que la vieille bâtisse est en fait construite sur une des 7 portes de l’Enfer...

SYNOPSIS - Frayeurs : La pendaison d’un prêtre dans la ville de Dunwich aura pour conséquences l’ouverture d’une porte de l’Enfer le jour de la Toussaint, privant les morts du repos éternel. Mary, une jeune médium qui a failli mourir enterrée vivante suite à la vision de cette pendaison, part avec Peter, son sauveur, en direction de Dunwich afin de trouver et de fermer la porte qui libérera les morts. Pendant ce temps, des événements très étranges se déroulent dans cette ville. Le corps spectral du prêtre apparait et provoque la mort très violente des gens qui l’apercoive. Les forces du mal sont lachées sur Dunwich...



MELANCOLIE DE L’HORREUR

Redécouvrir aujourd’hui les deux films les plus connus de Lucio Fulci, Frayeurs et L’au-delà, permet de réévaluer un cinéaste longtemps cantonné au gore, voire au bis anecdotique. Révisons donc prestement notre jugement. Les films gores de Fulci sont bien plus étranges que leur réputation vomitive le laissait prévoir. Derrière l’outrance graphique, c’est un monde à la bizarre poésie macabre qui s’ouvre au spectateur. Une étrange expérience de cinéma où les repères narratifs traditionnels s’estompent pour laisser place à une écriture aléatoire, où le temps et l’espace se font surfaces mouvantes, indéterminées.

L’écriture même des films semble contaminée par cet état incertain du monde dans lequel se meuvent les marionnettes de Fulci. Déjà morts, presque vivants. Qu’importe si les acteurs sont médiocres, si les séquences sanglantes s’enchaînent sans logique. Les personnages de Frayeurs et de L’au-delà sont au bord d’un monde, entre la vie et la mort, dans un état incertain où les repères habituels n’ont plus cours.
Aberrants souvent, grotesques parfois, les films de Fulci tirent de ce flottement narratif une force paradoxale. Voir la fin extraordinaire de L’au-delà, où la beauté de la situation l’emporte sur la logique. Tout Fulci est là, dans cette capacité de sidération qui annihile, par la puissance de ses visions, tout jugement rationnel.