Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

DVD

LES FILS DE L’HOMME

d’Alfonso Cuaron
Par Frédéric CAMUS

SYNOPSIS : Dans une société futuriste où les êtres humains ne parviennent plus à se reproduire, l’annonce de la mort de la plus jeune personne, âgée de 18 ans, met la population en émoi. Au même moment, une femme tombe enceinte - un fait qui ne s’est pas produit depuis une vingtaine d’années - et devient par la même occasion la personne la plus enviée et la plus recherchée de la Terre. Un homme est chargé de sa protection...



A voir, à revoir, sans mégoter. Première vision, surprise totale, le spectateur s’avance sans repères. Il est venu sur un casting, un nom de réalisateur, mais rien vraiment ne l’a préparé à ce qu’il va vivre pendant près de deux heures. Film terminal sur un monde déjà passé de l’autre côté, Children of Men semble traversé par deux nécessités à première vue contradictoires et irréconciliables. Première nécessité, nous sommes donc dans le moment du basculement final, celui qui achève irréversiblement la lente dérive. Il s’agit de montrer combien tout est définitivement arrêté, à jamais perdu. Pourtant, si la conclusion travaille chaque instant du film, il s’agit aussi de faire comme si c’était la première fois : filmer une embuscade comme si c’était la première, filmer une guerre comme si on la découvrait en s’y faufilant, filmer une naissance comme si l’acte n’avait jamais existé ...).

Cuaron impressionnait dans Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban, très largement supérieur aux autres avatars de la série. Avec Children of Men, il fait reculer Spielberg d’une génération, John Woo de deux, d’autant que sa virtuosité technique est son plus sûr argument de conteur d’histoire sombre. Mieux, plus que l’aboutissement d’un procédé initié par d’autres (des temps de Hard-Boiled, ou de La Guerre des Mondes viennent à l’esprit, notamment au cours d’extraordinaires plans-séquences où sans cesse la coupe se dérobe magistralement), le film marque à ce jour, et pas seulement dans ses séquences d’action, le signe le plus convaincant de ce que le jeu vidéo apporte (et apportera) au cinéma, tant au niveau de la progression par niveaux successifs (esquissée dans Avalon, d’Oshii) que dans la transfiguration du FPS (first-person shooting) appliqué à l’utilisation de la caméra. Là aussi, rien de gratuit, mais l’affirmation que dans le monde tel qu’on le connaît, il n’existe aucun refuge où s’abriter, aucune encoignure pour se dissimuler, qu’on peut être atteint de toutes parts. Retranscrire le sentiment du fugitif comme du pensionnaire de Sangatte, et retrouver dans la même respiration heurtée et haletante la sensation de celui qui joue à Half Life 2, telle est la prouesse de ce film autre.






Titre : Les Fils de l’homme
Titre original : The Children of Men
Réalisateur : Alfonso Cuarón
Acteurs : Clive Owen, Julianne Moore
Scénaristes : Alfonso Cuarón, Timothy J.sexton
Chef monteur : Alex Rodriguez
Producteurs : Marc Abraham, Eric Newman, Hilary Shor, Tony Smith
Producteurs exécutif : Iain Smith, Thomas A. Bliss, Armyan Bernstein
Directeur de la photographie : Emmanuel Lubezki
Chefs décorateurs : Geoffrey Kirkland, Jim Clay
Chef costumière : Jany Temine
Compositeur : John Taverner
Distributeur : UIP
Genre : Drame, Science-Fiction
Durée : 1H50 mn

Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Librairie Lis-Voir