Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

ADAPTATEUR / DIALOGUISTE
Le métier d’auteur
du doublage
Par André MOURGUE

L’auteur de doublage (ou adaptateur, ou dialoguiste) est celui qui écrit les textes que les comédiens de doublage enregistreront en studio. Mais bien des étapes séparent l’enregistrement d’un programme en version originale (V.O.) de son adaptation finale en version française (V.F.).



AVANT L’ADAPTATION

D.R.Le détecteur est rémunéré en salaires ; c’est un intermittent du spectacle. Il a pour support de travail la bande-mère, qui sera par la suite utilisée par l’auteur. La bande-mère fait tout le côté artisanal de l’écriture en doublage. Elle se présente sous la forme d’un rouleau de papier glacé (blanc ou blanchâtre) et mesure 35mm de largeur, comme une pellicule de cinéma. Le travail de détection consiste à inscrire sur cette bande, au porte-mine, les indications dont l’auteur aura besoin. Parmi ces indications figurent le texte (dans la langue originale du programme à adapter), les signes de détection, ainsi que d’autres signes utiles.

Ces « autres signes » sont d’une part des indications filmiques : un trait vertical pour un changement de plan, en diagonale pour les fondus enchaînés, etc. D’autre part, le détecteur doit indiquer (par un trait vertical barré d’une croix et associé à un numéro) les endroits où il estime qu’il doit y avoir un changement de boucle. Une boucle est une longueur de bande qui correspond au temps pendant lequel un comédien peut travailler sans s’interrompre : une minute en moyenne. Le détecteur numérote ces boucles, pour qu’à l’enregistrement, l’ingénieur du son puisse facilement passer d’un point à l’autre du film en se basant sur les numéros de boucles.

Les signes de détection sont inscrits juste au-dessus du texte, plus précisément au-dessus des lettres qu’ils concernent. Les signes de détection indiquent la présence d’une consonne labiale (B, P ou M), d’une semi-labiale (W), d’une fricative (F, V), d’une voyelle arrondie (OU, O, U) ou d’une voyelle ouverte (A, É, I).